Envoyer de l’argent avec un simple tweet, c’est pour bientôt

Par Olivier Sancerre Modifié le 11 septembre 2014 à 23h00

Twitter permettait déjà de partager son humeur (pas plus de 140 caractères !). Il est désormais possible d'envoyer de l'argent au travers du réseau social.

Un tweet pour de l'argent

Ce système de paiement, développé conjointement par Twitter et le groupe BPCE, va permettre, à partir du mois d'octobre, aux utilisateurs du réseau social de s'envoyer de l'argent, via un simple tweet. De fait, Twitter ne s'est pas soudainement transformé en banque : les tweets ne sont qu'un véhicule supplémentaire pour utiliser les services de S Money, filiale de BPCE spécialisée dans les solutions de paiement mobile.

Alors que ce type de système met généralement de longs mois (voire années), dans le cas de Twitter le projet n'a débuté qu'en juin. Un investissement peu conséquent donc pour les deux parties, et pour cause : Twitter n'est qu'un intermédiaire entre l'utilisateur et le service bancaire, une sorte de « tuyau » par lequel transitent les transactions.

Un simple transit d'argent

S Money permet déjà d'envoyer de l'argent à partir de n'importe quelle carte bancaire provenant de n'importe quelle banque, depuis une application mobile. L'argent envoyé est prélevé à même le compte de l'utilisateur, tandis que les sommes reçues sont bloquées momentanément sur S Money, le temps que le récipiendaire ouvre un compte sur le service. Une sorte de PayPal allégé, en quelque sorte.

BPCE est la première banque à travailler avec Twitter pour ce type de fonction (bien que des expérimentations aient été mises en place aux États-Unis). Le réseau social semble tout à fait calibré pour un tel usage, étant donnée la population « geek » qui le fréquente.

Après les particuliers, il restera à convaincre les entreprises : c'est ce à quoi va s'atteler S Money après le lancement du service, le 1er octobre.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.