Coronavirus : 200.000 cas dans le monde, état d’urgence sanitaire en France

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 19 mars 2020 à 6h08
Hollande Election France Strategie 2017 Presidentielle Lepen
7%7% des cas de coronavirus considérés comme résolus se sont soldés par un décès.

Le cap a été franchi le 18 mars 2020 : on compte désormais plus de 200.000 cas de coronavirus dans le monde, très précisément 218.809 cas et 8.810 décès… avec la barre des 10.000 décès qui ne tardera malheureusement pas à être franchie. En France, le gouvernement devrait décréter « l’état d’urgence sanitaire ».

Le nombre de cas de coronavirus ne cesse d’augmenter

Partout dans le monde, sauf en Chine premier pays touché et qui commence à peine à sortir de la crise, le nombre de cas de coronavirus confirmés augmente. L’Italie reste le deuxième pays le plus touché, avec 35.713 cas et 2.978 décès. La France, de son côté, recense 9.054 cas, les 10.000 devraient être dépassés dans les jours qui viennent, et 148 décès.

L’inquiétude monte alors que plus de la moitié des cas confirmés sont jugés « actifs », c’est-à-dire qu’ils ne se sont soldés ni par un décès ni par une guérison. 84.113 personnes sont guéries du coronavirus dans le monde.

La France bientôt en « état d’urgence sanitaire »

En confinement depuis mardi 17 mars 2020 à midi, la France devrait passer une nouvelle étape avec la déclaration de « l’état d’urgence sanitaire ». Le gouvernement est sur le pont et planche pour une loi qui devrait être votée dans les jours qui viennent et qui, d’une manière générale, permettra à Emmanuel Macron d’obtenir les « pleins pouvoirs » sur de nombreux sujets. Le gouvernement se veut toutefois rassurant : il n’est pas question d’entrer dans une dictature militaire, mais l’urgence appelle à des mesures majeures.

Dans le détail, le Premier ministre aura le pouvoir de prendre « par décret pris sur le rapport du ministre chargé de la Santé, les mesures générales limitant la liberté d'aller et venir, la liberté d'entreprendre et la liberté de réunion et permettant de procéder aux réquisitions de tous biens et services nécessaires afin de lutter contre la catastrophe sanitaire ». Le couvre-feu, notamment, pourrait être instauré sur le territoire ou dans certaines villes…

Des risques pour la démocratie ?

Les décisions prises par le gouvernement seront sans aucun doute scrutées avec soin : une telle situation présente un risque pour la démocratie et pour la garantie de certains droits fondamentaux acquis. Si le gouvernement ne souhaite pas « créer de jurisprudence malencontreuse », comme l’expliquent les hautes sphères de l’État, le risque est réel.

Mais ce texte de loi peut se justifier : les Français ne semblent pas encore entièrement engagés dans la lutte contre le coronavirus. En 24 heures, pas moins de 4.095 amendes pour « violation des interdictions de se déplacer hors de son domicile » ont été données par les autorités.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis