Peut-on endiguer le gaspillage alimentaire avec des doggy bags ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Steeve Broutin Publié le 14 avril 2018 à 5h00
Doggy Bag Lutte Gaspillage Alimentaire
1,3 millionEn France, 1,3 million de tonnes de nourriture est gaspillée chaque année.

En outre du fait que le gaspillage alimentaire pourrait endiguer la famine mondiale, les ressources relatives à produire ces excédents sont précieuses et viendront sans doute un jour à manquer.

Dans cette dynamique, la députée Bérangère Abba a fait amender à l'Assemblée nationale une obligation de la part des restaurateurs à mettre à disposition de leurs clients des doggy bags. Petit pas pour l'homme ou grand pas pour la planète ?

Les pertes alimentaires dans la restauration représentent une partie substantielle du gaspillage global et, mises bout à bout, l'addition fait bondir. C'est une lapalissade de dire qu'il faut agir contre ce fléau. Selon les sources, produire un kilo de bœuf c'est plus ou moins 13.500 litres d'eau ; jeter un steak aujourd'hui – au restaurant ou même chez soi - c'est une ineptie écologique.

??Pour comprendre l'impact de la mesure prise concernant les doggy bags et la question des pertes dans la restauration ; il faut entendre qu'il en existe deux catégories : ce que le client ne mange pas et les invendus, ce à quoi plusieurs startups telles qu'OptiMiam ou ToogoodTogo en ont fait leur fer de lance. Les doggy bag concernent seulement la première partie et la réponse de l'amendement sera donc partielle au problème dans son intégralité.

??Davantage, afin de lutter contre ce gâchis, quand nous allons à la rencontre de restaurateurs avec notre startup Rapidle nous remarquons qu'ils sont assez volontaires. Ils se réjouissent bien souvent de fournir un doggy bag. Au restaurant, les restes sont souvent perçus comme un désappointement de la part des clients. S'ils demandent un doggy bag, c'est rassurant. Pour autant, si aujourd'hui l'attitude conso se développe, elle reste assez marginale.

??En revanche, la plus grande part du gaspillage réside au niveau des invendus et c'est pour cela que nous avons avec Rapidle une fonction "déstockage" pour nos commerces de bouche et commerces de proximitié en général. En effet, ils représentent une perte nette de chiffre d'affaires. C'est donc naturel, qu'à ce niveau, les restaurateurs sont actifs et ce depuis très longtemps. À l'origine, le plat du jour est prévu pour écouler les excédents de stocks. D'autant plus que la politique d'hygiène empêche d'offrir les invendus aux nécessiteux. ??

Pourquoi les restaurateurs ont-ils des pertes ???

Quand un client souhaite un plat à la carte et que celui-ci est indisponible, il est frustré, et dans les faits, il devient infidèle. Les restaurateurs ne peuvent pas se permettre de décevoir leurs clients. La réalité économique fait que les restaurateurs préfèrent jeter que de perdre des clients. C'est une vérité de terrain, les professionnels doivent maintenir de la disponibilité sur l'ensemble de leur carte. Cela crée inexorablement des invendus. ??

Du côté du privé ou de celui de la vie associative, il existe des solutions pour écouler les excédents. Parfois contraignantes, ces solutions peinent à atteindre une maturité pertinente. ??Pour conclure, l'amendement adopté par l'Assemblée reste une bonne manière d'accélérer la lutte contre le gaspillage. Cependant, il ne bouleversera pas les habitudes et la réalité économique. Les meilleures solutions sont encore du côté du privé et des associations. Les consommateurs progressent, les professionnels aussi, il y a une lente prise de conscience et je l'espère, cette mesure l'accélérera car aujourd'hui, on doit tous s'améliorer.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Steeve Broutin est directeur associé de la start-up Rapidle, dont l'application éponyme permet aux restaurateurs de trouver des clients qui achèteront leurs invendus en fin de journée à moindre prix.

Aucun commentaire à «Peut-on endiguer le gaspillage alimentaire avec des doggy bags ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis