Pour Geoffroy Roux de Bézieux, le télétravail ne doit pas devenir la norme

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Quitterie Desjobert Modifié le 4 juin 2020 à 16h26
Geoffroy Roux Bezieux Teletravail Norme Covid Medef
10 000 EUROSLe Medef demande une aide de 10.000 euros pour les entreprises qui embauchent un apprenti.

Le président du Medef, interrogé par Europe 1, considère que le télétravail encouragé durant la crise sanitaire ne devrait pas devenir la norme.

Une solution temporaire

Selon Geoffroy Roux de Béziers bien qu’ayant été une « solution » depuis le début de la crise du Covid-19 et durant le confinement, le télétravail ne doit pas devenir « l’alpha et l’oméga ». Bien qu’étant inévitable, le télétravail a « amené beaucoup de satisfaction pour certains salariés mais aussi des contraintes, des burn-outs, des problèmes de management au sein des entreprises ».

Le président du Medef a également tenu à souligner l’importance du retour au travail physique, selon lui, il s’agit d’un besoin. « Je crois qu'on a besoin de retourner au travail », de « se voir ». Dans cette optique, il souhaite « lancer, avec les partenaires sociaux, un bilan » de cette période de télétravail, qui, pour certaines entreprises, est en train de devenir la norme.

« Préserver l’emploi »

Outre ce besoin de retourner au travail, le président du Medef a insisté sur le fait qu’il était important de « tout faire pour préserver l’emploi ». Pour ce faire, le Medef demande des mesures permettant de faciliter le recrutement des jeunes. « Il y a un coup de frein énorme sur l'embauche des jeunes » et « on ne veut pas qu'il y ait une génération sacrifiée », ajoute Geoffroy Roux de Béziers. Parmi ces demandes, une aide de 10.000 euros pour permettre le recrutement d’apprentis par les entreprises.

Une proposition du Medef prévoit un allégement des charges pour les entreprises qui offriront aux jeunes un premier CDI. Pour l’organisation patronale, il est important de trier « les leçons de ce qui s'est passé » notamment durant la crise de 2008. Geoffroy Roux de Béziers invite les patrons à montrer « qu'on est capable de ne pas fermer la porte ».