Google et Microsoft : des résultats trimestriels qui déçoivent

Par Olivier Sancerre Modifié le 19 juillet 2013 à 16h33

Deux géants de l'industrie des nouvelles technologiques ont trébuché : les résultats du deuxième trimestre pour Google et Microsoft ont déçu les analystes et Wall Street.

Google a pourtant affiché des revenus de 14,11 milliards de dollars pour des profits de 3,23 milliards, soit une croissance de respectivement 20% et 16% par-rapport au deuxième trimestre 2012. Mais le consensus des analystes était plus élevé encore : le bénéfice par action était estimé à 10,78$, alors que Google ne propose que 9,58$. Deux autres nuages assombrissent le tableau : Motorola, acquis par Google pour 14 milliards de dollars, est encore bien loin de participer à la bonne santé financière du groupe, avec des pertes de 342 millions de dollars.

Google : des pubs qui rapportent moins

Et plus problématique encore, le coût par clic lorsqu'un internaute clique sur un lien ou une publicité Google a baissé de 2% sur le trimestre, et de 6% sur un an. Google conserve cependant un confortable trésor de guerre : 54,4 milliards de dollars de réserve.

Le déclin du PC frappe Microsoft

Du côté de Microsoft, on a également déçu Wall Street. Au deuxième trimestre 2013 (soit le quatrième trimestre fiscal), le groupe a enregistré 19,90 milliards de dollars de chiffre d'affaires, pour 4,97 milliards de bénéfices. Le bénéfice par action s'établit à 0,59$. Sur l'année fiscale (clôturée le 30 juin), Microsoft affiche 77,8 milliards de revenus, soit 6% de mieux que lors de l'exercice précédent, avec 21,9 milliards de bénéfices (+29%).

L'éditeur souffre lui aussi de deux maux. L'insuccès de la tablette Surface RT a obligé Microsoft a provisionné 900 millions de dollars pour les stocks d'invendus. Le constructeur n'a pas hésité à abaisser le prix de cette tablette de 150 euros (soit 30% environ) dans l'espoir d'écouler l'inventaire, mais même avec un tel tarif, il n'est pas certain que le consommateur se précipite. Une nouvelle génération des Surface RT et Surface Pro est attendue avant la fin de l'année fiscale 2014.

Mais le plus grave pour Microsoft est le déclin continu des ventes sur le marché du PC. L'éditeur équipe la majeure partie du volume des ordinateurs avec son système d'exploitation Windows, et s'il se vend moins de PC, Microsoft vendra aussi moins de licences. Le groupe tente de réagir avec Windows 8, une version orientée tablette de sa plateforme, ainsi qu'avec Windows Phone 8 pour concurrencer Android et iOS. Mais pour le moment, ces efforts ne portent pas leurs fruits.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis