Immatriculations neuves : un mois de septembre sur les chapeaux de roue

Par Olivier Sancerre Modifié le 1 octobre 2015 à 19h27
Shutterstock 252037603
164 774Il s'est vendu 164 774 véhicules neufs en septembre.

Le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) avait de bonnes nouvelles à partager… mais aussi beaucoup de réserve. Les immatriculations neuves pour le mois de septembre ont véritablement bondi, mais l'orage gronde : le scandale des moteurs diesel truqués de Volkswagen plane.

Avec une progression fulgurante de 9,1% des ventes de voitures neuves, il s'est écoulé le mois dernier en France 164 774 véhicules. Un excellent résultat qui confirme la bonne santé du secteur et au-delà, qui donne de l'espoir en ce qui concerne la réalité de la reprise économique.

Scandale

Malheureusement, l'horizon s'est soudainement obscurci par les révélations du scandale Volkswagen, pris la main dans le sac à trafiquer les moteurs diesel afin de passer les tests antipollution. Mais s'il doit y avoir un impact, il sera sans doute limité pour ce mois d'octobre. En effet, les commandes passées nécessitent trois semaines pour être livrées ; c'est donc plutôt en novembre que le CCFA pourra mesurer les retombées d'une hypothétique désaffection de la clientèle.

Croissance

Toutefois, cette affaire — qui n'a pas fini de faire couler beaucoup d'encre — de devrait pas trop ternir le bilan annuel. Le Comité a ainsi établi une nouvelle prévision de croissance des immatriculations neuves, qui se monte désormais entre 4 et 5% pour 2015, en lieu et place des 2% estimés jusqu'à présent. Depuis janvier, parmi les constructeurs français, c'est PSA Peugeot Citroën qui tire son épingle du jeu avec une progression de 4,2%. Renault suit avec 2,5%.

Mais pour le mois de septembre, les constructeurs tricolores sont en retard par rapport à la concurrence. Renault se contente de 4,9%, PSA de 4%. Et ironiquement, c'est Volkswagen qui signe la meilleure progression mensuelle avec 12,6% des ventes.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.