Fiscalité : 230 000 nouveaux non-imposables en 2014

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 9 mai 2014 à 10h21

Les mesures fiscales en faveur des ménages les plus modestes pourraient porter leurs fruits pour certains chanceux ! Le gouvernement et François Hollande semblent vouloir enrayer le ras-le-bol fiscal qui a secoué les contribuables l’an dernier. Et cela pourrait fonctionner, malgré un coût élevé pour l’Etat.

D’annonce en annonce, les mesures pour améliorer le pouvoir d’achat des Français, via un allègement de la fiscalité prennent forme.

Valls et Hollande veulent faire baisser les impôts des plus modestes

Le 28 avril dernier, Manuel Valls, dans une lettre adressée aux députés et sénateurs PS, avait annoncé une "mesure fiscale de soutien au pouvoir d’achat des ménages modestes". A ce moment là, 500 millions d’euros de cadeau pour les contribuables de cette année étaient évoqués. Le président de la République en a remis une couche le 6 mai dernier, face à Jean-Jacques Bourdin, évoquant "une amélioration du barème de l’impôt sur le revenu pour les salariés modestes".

893 millions d'euros de cadeau fiscal en 2014

Concrètement, à partir du mois de septembre, date d’envoi des avis d’imposition, les contribuables les plus modestes devraient bénéficier de deux mesures votées pour le budget 2014. A savoir l’indexation des tranches à hauteur de 0,8 % après deux années de gel, et l’amélioration de la décote de 5,8 %. Deux mesures qui devraient coûter 893 millions d’euros à l’Etat en 2014, d’après le rapport général sur la loi de finances 2014.

230 000 contribuables ne seront plus imposables

Ces deux mécanismes devraient au final permettre à 230 000 contribuables de devenir non-imposables en 2014, ainsi qu’à 6,8 millions de voir leur douloureuse s’alléger de quelques euros par rapport à l’année d’avant. Vers la fin du ras-le-bol fiscal ?

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense.