Un label « financement participatif » permettrait de vendre 20% plus cher

Par Anton Kunin Publié le 20 mai 2021 à 23h32
Label Financement Participatif Intention Achat Produits
46%Les consommateurs qui avaient une forte préférence pour l'égalité sociale avaient une préférence 46% plus forte pour le même produit lorsqu'il était décrit comme un produit à financement participatif.

Les consommateurs sont prêts à payer 21% de plus pour un même produit lorsqu'il est financé par le crowdfunding (financement participatif), nous apprend une étude réalisée par Oguz A. Acar, professeur agrégé de marketing à la Business School (anciennement Cass Business School) et publiée dans le Journal of Marketing Research.

Être préoccupé par les inégalités sociales rend plus sensible au financement participatif

Être financé par crowdfunding fait vendre. Selon une étude publiée dans la revue Journal of Marketing Research, les consommateurs sont beaucoup plus susceptibles d'acheter des produits à financement participatif que des articles qui utilisent une autre source de financement. En plus, ils sont prêts à payer 21% plus cher en moyenne pour un même produit, dès lors qu’il est financé par crowdfunding. Par ailleurs, les consommateurs perçoivent la qualité d'un produit comme étant significativement plus élevée lorsqu'il est décrit comme financé par crowdfunding.

La même étude nous apprend que les produits financés par crowdfunding recueillent surtout l’adhésion des consommateurs qui acceptent mal les inégalités sociales. Les consommateurs qui avaient une forte préférence pour l'égalité sociale avaient une préférence 46% plus forte pour le même produit lorsqu'il était décrit comme un produit à financement participatif que lorsqu'il était décrit comme un produit financé par des voies traditionnelles.

Des produits « à haut risque » financés par crowdfunding, une mauvaise idée d’un point de vue marketing

Ces consommateurs sensibles au problème des inégalités sociales souhaitent équilibrer la balance pour les « marginaux », y compris pour les entrepreneurs « marginaux ». En effet, ils les considèrent comme relativement désavantagés en termes de pouvoir, d'influence et de ressources financières.

Cependant, cette règle ne vaut pas pour tous les produits. La même étude nous apprend que face à des produits « à haut risque » (par exemple, les produits médicaux ou les équipements de sécurité), les consommateurs préfèrent ceux financés par des voies traditionnelles. Pour ce type de produits, être financé par crowdfunding s’avère même préjudiciable d’un point de vue marketing.

Aucun commentaire à «Un label « financement participatif » permettrait de vendre 20% plus cher»

Laisser un commentaire

* Champs requis