Des médecins dénoncent certaines pratiques de Doctolib

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 23 août 2022 à 15h23
Acupuncture 5849146 1920
80 eurosDoctolib propose des rendez-vous chez des praticiens non-reconnus pour 80 euros.

Doctolib a été accusé par plusieurs médecins sur Twitter de faire la promotion sur leur site de médecines alternatives qui ne sont pas reconnues par le ministère de la Santé.

Des médecins furieux

« Je découvre en tapant par hasard que vous proposez des consultations… de naturopathie. […] Vous vous rendez compte que votre sceau les valide ? », a interrogé un médecin réanimateur sur Twitter. Pour lui, il est anormal que Doctolib affiche sur son site Internet des praticiens qui pratiquent certaines formes de médecines alternatives. De nombreux médecins ont ainsi mis en garde les utilisateurs de Doctolib à la recherche de soins contre des personnes qui utilisent des méthodes de guérison non-reconnues.

Sont pointés du doigt les naturopathes, les acupuncteurs, etc. mais également des personnes qui pratiquent l’autoguérison, les soins Reiki, ou encore l’iridologie. Selon Miviludes, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, certaines de ces « méthodes thérapeutiques » relèvent de « dérives sectaires ». Cela encourage les médecins à dire que les praticiens de ces méthodes n’ont rien à faire sur Doctolib.

Doctolib se défend

Lors des premières accusations, Doctolib s’expliquait sur les réseaux sociaux. « Sur ce sujet, la société évolue et, par exemple, certaines associations de patients promeuvent l'accès à des thérapies complémentaires. Nous considérons que ce n'est pas le rôle de Doctolib de trancher ces débats », expliquait alors le site Internet. Cette explication lui a valu les foudres des médecins conventionnés jugeant encore une fois que ces formes de médecines alternatives n’avait rien à faire sur un site Internet référençant les médecins en France.

Pour faire face à ces nouvelles critiques, Doctolib s’est ré-expliqué sur Twitter. « Nous tenons à signaler qu’il est impossible de prendre rendez-vous chez un praticien non référencé par le Ministère de la Santé sans avoir expressément chercher à le faire », explique Doctolib indiquant que seuls les patients qui ont cherché un type de médecine en particulier pouvaient tomber dessus. La plateforme de prise de rendez-vous chez le médecin explique également être en lien avec l’ordre des médecins, le ministère de la santé, ainsi que les syndicats de médecins pour améliorer ses services. Doctolib juge, de son côté, être « intransigeant sur l’exercice illégal de la médecine ».

Laisser un commentaire

* Champs requis