La zone euro pèsera deux fois moins dans le monde de 2060

Par Eric Verhaeghe Modifié le 9 novembre 2012 à 10h06

L’OCDE vient de publier un rapport tout à fait instructif présentant les résultats d’un nouveau modèle de projection économique à long terme.

Certes, l’exercice consistant à imaginer le monde dans 50 ans à partir des données existantes a quelque chose d’arbitraire et de très artificiel. Qui sait quel sera le destin des nations, et l’influence des troubles politiques, des conflits, des revirements de tous ordres, sur l’ordre mondial ? Ces précautions posées, le rapport livre des analyses intéressantes sur les fondamentaux à l’oeuvre dans l’économie mondiale, et une présentation de leur effet pays par pays.

Globalement, le constat qui se dégage est celui d’un retour progressif aux éléments macro-économiques d’avant la crise, mais plutôt à l’horizon 2020, avec un tassement de la croissance dans les pays émergents. Comme le rapport est produit par l’OCDE, il fourmille de remarques traditionnelles : sans réformes structurelles majeures, la croissance sera handicapée. En revanche, avec une convergence internationale du droit du travail et une libéralisation accrue des économies, les niveaux de vie augmenteront de 16 % d’ici à 2060.

Là encore, ces chiffres dont la matérialité est difficile à mesurer (le concept de niveau de vie est par nature flottant...) sont à prendre avec précaution. Ils ont néanmoins le mérite de souligner l’importance d’une rénovation de l’ordre économique mondial pour limiter les risques de divergences majeures et dangereuses pour la prospérité collective. Les Européens ne manqueront toutefois pas de s’alarmer à la lecture du document. Selon l’OCDE, la zone euro, qui représente aujourd’hui 17 % de la richesse mondiale, n’en représentera plus, en 2060, que 9 %.

Cette diminution par deux de la place de l’union monétaire dans la production mondiale de valeur ajoutée illustre bien le risque auquel nous nous exposons dès aujourd’hui à mener des stratégies économiques orientées vers des objectifs à court terme. Cette érosion ne frappe pas que l’Europe. Le Japon devrait passer de 7 % à 3 % de la richesse mondiale, et les Etats-Unis de 23 % à 16 %. Ces pertes de parts de marchés des anciens pays industrialisées s’expliquent par le poids nouveau de la Chine (qui passerait de 17 à 28 %) et de l’Inde, qui enregistrerait la plus forte progression proportionnelle (de 7 à 18 %).

La Chine deviendrait, sans surprise, la première puissance économique mondiale. Pour les Français, ce constat peu réjouissant apporte néanmoins quelques consolations. En particulier, les projections démographiques montrent que l’Allemagne entame une phase de déclin structurel qui risque d’être fatal à sa superbe actuelle. La France restera l’un des pays, et de loin, les plus jeunes d’Europe. Dans ce contexte, le recours massif à l’immigration semble inévitable.

Ces constats alarmants, qui exigeraient de la France, et de l’Europe, un renouveau dans une coopération intelligente et durable, semble toutefois susciter peu d’intérêt. Hormis Economie Matin, seul un représentant du Monde s’était déplacé, parmi la presse française pour assister à la conférence de presse de l’OCDE. Alors que la presse mondiale était venue en nombre.

Né en 1968, énarque, Eric Verhaeghe est le fondateur du cabinet d'innovation sociale Parménide. Il tient le blog "Jusqu'ici, tout va bien..." Il est de plus fondateur de Tripalio, le premier site en ligne d'information sociale. Il est également  l'auteur d'ouvrages dont " Jusqu'ici tout va bien ". Il a récemment publié: " Faut-il quitter la France ? "

Aucun commentaire à «La zone euro pèsera deux fois moins dans le monde de 2060»

Laisser un commentaire

* Champs requis