Plus on crée de monnaie, plus l’or monte : Pourquoi ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Charles Sannat Modifié le 20 octobre 2012 à 7h23

L'inflation est un phénomène économique central sur les monnaies. Expliqué simplement, c'est l'augmentation générale des prix. Vu de l'autre côté du miroir, c'est la perte de pouvoir d'achat de votre monnaie.

L'inflation n'est pas linéaire dans le temps. Elle dépend de la politique monétaire menée par les Etats. Plus un pays va "imprimer" de monnaie, plus il faudra de quantité de cette même monnaie pour acheter la même chose. A l'extrême, si un pays imprime une quantité illimitée de monnaie, la perte de valeur sera elle aussi illimitée.

Dès lors on rentre dans ce que l'on appelle l'hyperinflation. Il faut retenir que, si l'inflation c'est la perte de pouvoir d'achat de votre monnaie, l'hyperinflation, quant à elle, c'est la perte de confiance généralisée de tous les agents économiques dans leur monnaie.

L'exemple le plus connu d'hyperinflation est celui qui a touché l'Allemagne dans les années 20, et où il fallait des brouettes entières de billets pour acheter une miche de pain. A cette époque, une once d'or valait environ 88 000 milliards de marks (il n'y a pas d'erreur dans le chiffre). Evidemment, ce n'était pas l'or qui était cher, mais le mark qui ne valait strictement plus rien.

Aujourd'hui une once d'or vaut environ 1 700 dollars. Or les banques centrales partout à travers la planète se sont lancées dans des politiques monétaires expansionnistes "illimitées". En clair on imprime autant de billets que nécessaire pour tenter de payer nos monceaux de dettes. Il n'y a rien d'original dans cette méthode puisqu'elle fut utilisée par l'Allemagne dans les années 20... pour payer les "réparations" de guerre imposées par les alliés lors du Traité de Versailles... avec le résultat que l'on sait.

L'or doit être compris comme une assurance tous risques et c'est de cette façon-là qu'il est utilisé depuis plus d'un siècle aussi bien par les particuliers et les ménages que... par les gouvernements et les banques centrales. Comme le dit Jean-François Faure dans son ouvrage "L'or un placement qui (r)assure", "ce n'est pas lorsque ma maison brûle que je dois l'assurer, mais avant !"

Vous pourrez constater, sur les deux graphiques ci-dessous, la relation intime qui existe entre évolution de la masse monétaire et évolution des prix de l'or. Ce tableau présente l'évolution de la masse monétaire mondiale depuis 1995 comparée au PIB mondial. Le PIB est la richesse réelle produite par l'économie.

La masse monétaire et le PIB doivent donc évoluer de façon relativement proche. Plus les courbes sont superposées, plus la croissance est "saine", la création de monnaie maîtrisée, et l'inflation basse. Dès lors votre monnaie est forte. Vous pouvez constater qu'à partir de 2001 les deux courbes commencent à diverger de façon importante.



Il faut de plus en plus de création de monnaie pour réussir à faire un peu de croissance de PIB. Economiquement cette situation est malsaine. Elle est à terme hyper inflationniste. La monnaie devient faible puisque la quantité augmente sans aucune relation avec la richesse créée.

graph1

Notre deuxième graphique présente l'historique des prix de l'or depuis 2000. La comparaison de ces deux tableaux est édifiante. Jusqu'en 2001, les cours de l'or sont au plus bas niveau historique. Ils ne vont commencer à monter qu'à partir de l'année suivante 2002, quand les acteurs économiques vont commencer à prendre conscience des politiques monétaires expansionnistes menées après le 11 septembre afin de relancer l'économie.


La conclusion est simple. Depuis 2001, les Etats créent de la monnaie sans restriction. L'or monte donc sans restriction aussi et reflète la perte de pouvoir d'achat des monnaies. L'or ne monte pas depuis 10 ans. C'est la quantité de monnaie qui augmente. Il ne faut pas se tromper dans l'analyse.

graph 2

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Laisser un commentaire

* Champs requis