Pacte de responsabilité : le Medef s’inquiète des tensions politiques

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 28 mai 2014 à 7h56

Les résultats des élections européennes, les nouveaux chiffres du chômage qui doivent tomber mercredi 28 mai, la grogne au sein du PS contre le gouvernement… Tout autant de sujets qui inquiètent le Medef, quant à la mise en place du pacte de responsabilité.

Le Medef s’inquiète et le fait savoir.

Le Medef préoccupé par le contexte politique national

Dans une interview accordée mercredi 28 mai aux Echos, Jean-François Pilliard, le vice-président de l’organisation patronale, a déclaré être préoccupé par la situation politique actuelle, qui pourrait mettre à mal la mise en oeuvre du pacte de responsabilité, promis par le gouvernement depuis plusieurs mois.

Aucune avancée du gouvernement sur le pacte de responsabilité

En effet, après la débâcle des élections européennes, le Medef craint particulièrement une remise en cause de cette mesure censée alléger les charges des entreprises, pour favoriser principalement l’embauche. "Concrètement, il ne s’est rien passé pour les chefs d’entreprises depuis cinq mois" dénonce le vice-président de l’organisation patronale. Ajoutant que "les engagements pris par le président et le Premier ministre sur les charges des entreprises doivent trouver rapidement une première concrétisation".

190 000 emplois pour 30 milliards d'euros de baisses de charges

Le pacte de responsabilité, cumulé au CICE, devait permettre, d’après le gouvernement, de créer plusieurs milliers d’emplois d’ici 2017. Soit en clair une création de 190 000 emplois contre une baisse de charges de 30 milliards d’euros. Une idée qui ne faisait pas forcément l’unanimité au sein des rangs PS. Avec les derniers résultats électoraux, le gouvernement se trouve fragilisé dans son propre camp et pourrait du coup revenir sur cette décision, ou du moins la reporter sine die.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis