Il est de plus en plus difficile d'obtenir un crédit immobilier

2,25 %
Les taux d'intérêt des crédits immobiliers pourraient atteindre 2,25%
fin 2022.

Selon l’Observatoire Crédit logement / CSA, la moyenne des taux d’intérêt des crédits immobiliers s’est établie à 1,4% au deuxième trimestre de l’année 2022.

Des conditions d’accès plus strictes

Au premier trimestre de l’année 2022, les taux d’intérêts des crédits immobiliers étaient en moyenne de 1,12% . Ils ont ainsi augmenté de 0,28 point au cours du second semestre 2022. En juin 2022, les crédits immobiliers avaient pour taux moyen 1,52%. Mais cette hausse reste modérée selon l’observatoire Crédit logement / CSA. « C'est une situation exceptionnelle. On n'a jamais vu des taux d'intérêt aussi bas par rapport à l'inflation », explique l'économiste Michel Mouillart, chargé de l'Observatoire, aux Echos.

La guerre en Ukraine et la baisse du pouvoir d’achat font régner l’incertitude sur le marché de l’immobilier. « Les ménages disposant d'un faible apport n'ont plus d'espace sur ce marché », juge l’économiste. Le taux d’apport nécessaire pour obtenir un crédit immobilier a augmenté de 16,8% sur un an au cours du second trimestre 2022. Ainsi, le revenu moyen des acheteurs de biens immobiliers a augmenté de 4,7% sur la même période.

Une durée de crédit plus longue

La durée des crédits a, quant à elle, augmenté. Au cours du deuxième trimestre de l’année 2022, le temps d’emprunt était en moyenne de 239 mois et à la fin du trimestre, en juin 2022, la durée d’emprunt avait atteint 240 mois en moyenne. « L'allongement des durées a presque parfaitement compensé la hausse des taux », explique Michel Mouillart. Ainsi, cela aide les acheteurs face à la hausse des taux et à la hausse des prix des logements.

Avec l’inflation qui semble ne pas avoir atteint son pic, les taux des crédits immobiliers vont encore augmenter. À la mi-juillet 2022, ils avaient augmenté pour s’établir à 1,64% en moyenne. Selon l’Observatoire Crédit logement / CSA, les taux des crédits pourraient même atteindre 2,25% fin 2022. L’observatoire estime que cela pourrait arriver en cas de coupure du gaz russe à l’Europe dans le contexte de relations internationales tendues.


A découvrir