Vin rosé : ventes record en France (et toujours un danger pour la santé)

35 %
Les Français boivent 35% de la consommation mondiale de rosé.

N’en déplaise à Emmanuel Macron et aux autres membres du gouvernement qui font la promotion de l’alcool et se plient au lobby de la profession, celui-ci reste un poison dangereux et un produit parmi les plus addictifs. Ça n’empêche pas les Français d’en être friands, comme le montrent les ventes en forte hausse de vin rosé depuis le début de l’été 2022.

400 millions d’euros de bouteilles de rosé vendues en trois mois

Le panéliste NielsenIQ a analysé les ventes de vin rosé en France pour les seuls supermarchés, hypermarchés et drive entre mai et juillet 2022, soit en seulement trois mois. Les ventes sont en forte hausse cette année 2022 : le chiffre d’affaires a atteint 400 millions d’euros sur la période, soit une augmentation de 9,8% par rapport à 2021. Et, rappelons-le, les cavistes et autres vendeurs indépendants ne sont pas décomptés par le panéliste : les ventes réelles sont donc bien supérieures.

Si les Français ont augmenté leur consommation de rosé, c’est à cause de la forte chaleur qui a frappé le pays et qui a donc fait préférer les vins frais. Les ventes de vin rouge, de fait, se sont effondrées : -8,5% sur un an en valeur.

Le succès du rosé pourrait même avoir empiété sur les ventes des autres produits alcoolisés qui sont les stars de l’été : les ventes de bière n’ont augmenté que de 3%, selon NielsenIQ, notamment en raison d’une hausse de prix liée à la hausse des matières premières.

Les Français, premiers consommateurs de rosé au monde

Le succès du rosé chez les Français ne se dément donc pas : ils en sont les premiers consommateurs du monde et en boivent 35% de la production mondiale. Des données qui datent, de plus, d’avant cette hausse de l’été 2022.

En moyenne, en France, un adulte de plus de 18 ans consomme 20 bouteilles de rosé par an, soit un peu moins de deux par mois. Auxquelles il faut ajouter les bouteilles de blanc, de rouge ou encore de champagnes et autres mousseux. Or l’alcool est plus que dangereux, et ce même à petites doses. Les conséquences se font sentir dès les doses faibles, et augmentent en fonction de la quantité consommée ou encore la durée de consommation régulière.


A découvrir