Salaires : les employeurs accordent moins d’augmentations mais plus de primes

Par Anton Kunin Modifié le 1 septembre 2022 à 9h50
Augmentations Salariales Etude Remunerations Deloitte 2022
3,5%Selon les estimations de Deloitte, en 2023 les employés, techniciens et agents de maîtrise devraient être augmentés de 3,5% en moyenne.

Frileux vis-à-vis des augmentations salariales, en 2022 les employeurs ont plutôt privilégié les rémunérations variables collectives et individuelles et les primes, nous apprend le cabinet Deloitte dans son étude annuelle sur les rémunérations.

Les augmentations salariales ont été quasi-générales en 2022

Les augmentations salariales ont été assez importantes en 2022 : +2,5% en moyenne, tant pour les employés, techniciens et agents de maîtrise que pour les cadres. (En 2021, les premiers avaient été augmentés de 1,8% et les seconds de 2%.). En plus, en 2022 les augmentations ont bénéficié à davantage de salariés : 93% d’entre eux ont été augmentés, contre 55% en 2021, révèle le cabinet Deloitte dans son étude annuelle sur les rémunérations.

Toujours est-il que ces augmentations ne compensent pas l’inflation : cette dernière a été annoncée à 5,8% sur un an en août 2022, autant dire que les salaires n’ont même pas couvert la moitié de la hausse des prix à la consommation. Et les employeurs en sont bien conscients : s’ils n’augmentent pas les salaires en ligne avec l’inflation, ils mobilisent en revanche différents leviers pour que leurs salariés touchent davantage à la fin du mois.

La rémunération variable prend de plus en plus de poids

En 2022, plus que les années précédentes, les employeurs ont mis l’accent sur les dispositifs de rémunération variable individuelle et collective. Selon les niveaux de responsabilité et les filières métiers, sur la rémunération annuelle, la part variable représente entre 1 et 3 mois de salaire de base, révèle Deloitte. En plus, le « pay-out » (soit le rapport entre le bonus versé et le bonus cible) est très élevé en 2022 : il atteint désormais 94%, un niveau pas vu depuis plus de 10 ans. (Il était de 86% en 2021.)

La « prime exceptionnelle de pouvoir d'achat » (PEPA) (anciennement « prime Macron ») a elle aussi été au rendez-vous. Son montant médian est en revanche en retrait pour atteindre 300 euros (contre 600 euros en 2021). En 2022, 34% des employés, techniciens et agents de maîtrise et 14% des cadres l’ont touchée.

Laisser un commentaire

* Champs requis