Santé : l’huile de palme, bientôt taxée, se cache partout dans notre alimentation

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 21 mars 2016 à 16h00
Nutella
1Chaque Français consomme en moyenne 1 kilo par an d?huile de palme.

Saviez-vous que lorsque vous mangez un gâteau, des céréales, des confiseries ou encore un produit laitier ou de la viande, vous ingurgitez, souvent à votre insu, de l’huile de palme ? Or cette huile végétale est mauvaise pour la santé, et accessoirement, pour l’environnement. C’est pour cela que le gouvernement a décidé de la taxer. Explications.

Une taxe très polémique

La nouvelle taxe a été baptisée Nutella, en référence à la pâte à tartiner chère aux enfants produite par le groupe italien Ferrero qui contient beaucoup d’huile de palme. L'huile de palme va donc être surtaxée en France à partir de l’an prochain. L’impôt devrait grimper à 90 euros par tonne en 2020 (soit dix fois moins élevé que prévu). Objectif : protéger nos enfants de cette huile nocive.

En effet, cette huile végétale est très riche en acides gras saturés. Or manger trop d’acides gras saturés donne mal au cœur, au sens propre. Leur consommation augmente le mauvais cholestérol et ce faisant, accroît le risque de déclencher un jour une maladie cardio-vasculaire, laquelle, avec 180 000 décès par an, est la première cause de mortalité dans nos pays occidentaux.

Ce n’est pas tout : l’huile de palme détruit l’environnement via la déforestation. En fait, l’huile de palme vient du palmier. Pour installer les plantations, la forêt tropicale est défrichée, de manière souvent illégale à coups d’incendies géants et polluants, et convertie en palmeraies géantes, notamment en Indonésie et en Malaisie, deux pays qui à eux seuls produisent 87% de l’huile de palme dans le monde.

L'huile de palme dans presque tous les rayons de produits alimentaires

Comme l’explique un article du Figaro, elle est partout : "des confiseries aux plats préparés, en passant par certains produits laitiers, gâteaux, céréales, desserts, légumes, viandes, sauces ou boissons, on trouve cette graisse végétale dans presque tous les rayons de produits alimentaires".

Et pour cause : elle présente des avantages technologiques non négligeables. Sans elle, exit nos glaces, notre pâte à tartiner, nos biscuits préférés ! Grâce à sa forte teneur en acides gras saturés, l’huile de palme permet de donner une consistance et une texture idéales aux produits. L’onctuosité, le croquant, le croustillant, tout cela, c’est elle qui en est responsable ! De plus, sa forte teneur en acides gras saturés lui confère une très bonne résistance à l’oxydation et aux traitements thermiques et donc une excellente stabilité en cuisson et en friture.

Depuis décembre 2014, la législation européenne rend obligatoire l'indication de toutes les huiles individuelles sur l'étiquetage de produits alimentaires. Il suffit donc de bien lire les étiquettes, pour savoir si le produit visé contient ou non de l’huile de palme !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis