Santé : les Français voudraient que les tarifs de certains médecins soient plafonnés

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 17 mai 2016 à 20h50
Medecin Ordonnance France Adoption Generiques Medicaments Secu
20Les dépassements d'honoraires pratiqués par les spécialistes ont doublé en vingt ans.

Et si les Français faisaient part aux futurs candidats à l’élection présidentielle de leurs idées ? Cette semaine, c’est sur le système de santé que RMC a interrogé les Français, dans le cadre de son opération « Objectif 2017: ce que veulent les Français » menée avec Elabe.

Docteur mabuse ?

Que ressort-il de cette grande enquête ? Parmi les dix mesures soumises aux sondés, celle qui a le plus retenu leur attention est le plafonnement des tarifs pratiqués par les dentistes. Neuf Français sur dix (92 %) se disent favorables à cette mesure, notamment pour les prothèses dentaires, afin de "limiter les abus". Un vrai plébiscite.

Parmi les trois autres mesures plébiscitées par les Français, on trouve l’idée de sanctionner les médecins qui pratiquent des dépassements d'honoraires à partir de 50 % au-dessus du tarif de la Sécurité sociale (88 % d'opinions favorables).

Il faut savoir que les dépassements d’honoraires pratiqués par les spécialistes ont tout bonnement doublé en vingt ans. Or pour certaines spécialités et dans certains quartiers, impossible désormais de trouver un praticien qui ne facture pas ces dépassements. Et la situation va empirer car la rareté des médecins va augmenter leur "pouvoir de marché". Certains professionnels, sans doute parce qu’ils s’estiment mal payés, semblent avoir oublié le "tact et la mesure" dont ils sont censés faire preuve en la matière selon le Code de déontologie. En fait, ils ont relâché leur vigilance, s’abritant derrière le fait que les mutuelles prendraient en charge le surcoût induit. Sauf qu’aujourd’hui, seul un tiers des dépassements est réellement couvert par les complémentaires.

Un Doliprane, un seul s'il vous plaît

Autres mesures que les Français soutiennent, la vente de médicaments à l'unité (83 % d'opinions favorables), et la mise en place de mesures contraignantes pour lutter contre le manque de médecins généralistes dans certains territoires (80 % d'opinions favorables).

En revanche, quatre mesures suscitent un rejet majoritaire : la mise en place d'une franchise annuelle plafonnée (hors hospitalisations et affections de longue durée) et dont le montant dépendrait des revenus des patients (57 % d'opinions défavorables) ; l’augmentation du tarif des consultations à 30 € (contre 23 actuellement) pour rendre le métier de médecins plus attrayant (61 % d'opinions défavorables) ; la limitation des remboursements de la Sécurité sociale pour les dépenses les plus lourdes, les autres dépenses étant prises en charge par la complémentaire santé (74 % d'opinions défavorables) et enfin l’abandon du principe de l'Assurance maladie obligatoire pour les remboursements de frais de santé, chaque assuré souscrivant une couverture maladie auprès d'une assurance ou d'une mutuelle (79 % d'opinions défavorables).

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «Santé : les Français voudraient que les tarifs de certains médecins soient plafonnés»

Laisser un commentaire

* Champs requis