La Préfecture de police de Paris veut augmenter le coût de la fourrière de 14 euros

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 10 mars 2014 à 14h13

Racket ou mesure d'utilité publique ? La préfecture de police de Paris a demandé une hausse du tarif des enlèvements de véhicules, et de deux-roues afin de combler le déficit des comptes de la fourrière. Une mesure qui s'ajoute à la verbalisation à outrance que subissent les conducteurs dans Paris. Pour les associations, la coupe est pleine.

A écouter le préfet de police de Paris, le business des fourrières parisiennes ne serait pas rentable. Qu'à cela ne tienne, il suffit d'augmenter les tarifs des enlèvements pour combler le déficit.

Telle est la réflexion de la PP de Paris, qui a demandé, à la suite de la mairie de Paris, une augmentation du tarif des enlèvements de voitures et de deux-roues. Car aller récupérer son véhicule à la fourrière revient certes cher à l'automobiliste, mais encore plus à la mairie de Paris si l'on en croit la lettre de Bertrand Delanoë, l'actuel maire de Paris, au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls.

Récupérer son véhicule revient en effet à 126 euros à une personne, qui doit également payer un frais de garde journalier de 10 euros, en plus, évidemment, de l'amende pour stationnement gênant qui a causé l'enlèvement de son véhicule. Pour la mairie de Paris en revanche, les enlèvements coûteraient chaque année la somme de 6 millions d'euros, soit 160 euros par véhicule enlevé, en moyenne.

"J'apporte tout mon soutien à la proposition du préfet de police" déclare Bertrand Delanoë à ce sujet, dans les colonnes du Parisien, ce lundi. Nul doute qu'Anne Hidalgo, la candidate à la mairie de Paris validera également la mesure. A quelques semaines des élections municipales, le calcul est risqué… Surtout quand on sait que la municipalité de Paris a supprimé 30 % de places de stationnement en dix ans pour les voitures, et qu'il n'existe qu'une place de deux-roues disponible pour dix motos ou scooter sur Paris.

Alors racket ou pas ? Concrètement, la préfecture de police de Paris demande d'augmenter les frais d'enlèvement de 126 à 150 euros en moyenne, et d'augmenter les frais de garde de 10 à 25 euros pour les voitures. Pour les deux-roues, l'enlèvement coûterait désormais 55 euros au lieu de 46 et les frais de garde passeraient à dix euros au lieu de 3 actuellement...

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Aucun commentaire à «La Préfecture de police de Paris veut augmenter le coût de la fourrière de 14 euros»

Laisser un commentaire

* Champs requis