La BNP, la Société générale, le Crédit Agricole et la BPCE jugés « too big to fail »

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Publié le 2 novembre 2012 à 2h48

Si elles venaient à faire faillite, le monde entier en subirait les répercussions. Le Conseil de stabilité financière a publié hier la nouvelle liste mondiale des banques dites « systémiques », c’est-à-dire dont la taille est un enjeu économique en cas de faillite. Parmi elles, quatre petites françaises : BNP Paribas, la Société Générale, le groupe BPCE (né en 2009 de la fusion des Caisses d'épargne et des Banques populaires) et le Crédit Agricole.

En tout, vingt-huit établissements bancaires sont jugés « too big to fail » (trop gros pour tomber) dans le monde. Parmi ces colosses –aux pieds d’argile ?-, figurent aussi désormais Citigroup, Deutsche Bank, HSBC, Barclays, Crédit Suisse, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Standard Chartered pour les plus connues d’entre elles.

Apparaître sur la liste établie par le Conseil de stabilité financière, à la demande du G20 , n’est pas sans conséquences pour ces banques, qui doivent dès lors se conformer à certaines obligations, tant la stabilité de l’économie mondiale dépend de la leur. Ainsi elles devraient par exemple se soumettre à un régime de démantèlement précis en cas de difficultés, elles doivent posséder une couche de fonds propres durs supplémentaire de 1 à 2,5 % supplémentaires.

Reste que les nouvelles normes bancaires internationales qui sont imposées à ces géants ont un coût : ainsi on estime que les grandes banques internationales ont encore besoin de 374,1 milliards d'euros pour s’y conformer.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.