Taxation de l’épargne : le gouvernement recule

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 28 octobre 2013 à 2h05

Et un retour en arrière, un ! Pour le plus grand soulagement des épargnants, c'est-à-dire de vous et moi...Le gouvernement vient de décider d'exclure de son projet de taxation les plans d'épargne en actions (PEA), plans d'épargne-logement (PEL) et l'épargne salariale. Rappelons que l'épargne réglementée (Livret A, Livret de développement durable) n'a jamais été concernée par cette mesure. Pourtant, les députés avaient voté cette réforme la semaine dernière ! Allez comprendre...

Objectif : épargner les ménages au patrimine modeste

C'est dans une interview au Journal du dimanche que le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, l'a annoncé. « Nous avons décidé d'amender le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour sortir les PEL, les PEA et l'épargne salariale de la mesure pour épargner les patrimoines moyens et modestes » explique le ministre.

Il était question de créer un taux unique de taxation à hauteur de 15,5% pour tous les produits d'épargne exonérés d'impôt sur le revenu, à savoir les PEL, PEA et l'épargne salariale, lesquels bénéficiaient jusqu'ici d'une fiscalité allégée. Exit cette folle idée !

L'assurance-vie sera taxée à 15,5% comme prévu

Seule l'assurance-vie demeurera donc concernée. Le souci, c'est qu'il s'agit là du deuxième produit d'épargne le plus courant après le Livret A. Les deux-tiers des ménages français disposent d'un contrat d'assurance-vie. L'encours sera en outre réaffecté vers le financement des entreprises et notamment l'investissement dans les PME et les entreprises de taille intermédiaire.

Cette augmentation rétroactive des prélèvements sur les revenus de placement, dévoilée il y a un mois lors de la présentation du budget de la Sécurité sociale pour 2014, devait rapporter 600 millions d'euros aux finances publiques l'an prochain. Le recul du gouvernement va représenter un manque à gagner de 200 millions, qui sera compensé par davantage de coupes dans les dépenses publiques.

Comme le souligne le ministre du Budget, la droite a fait passer les prélèvements sociaux sur les revenus de l'épargne progressivement de 11% à 15,5% entre 2009 et 2012. Sans que cela fasse de tollé.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «Taxation de l’épargne : le gouvernement recule»

Laisser un commentaire

* Champs requis