Fiscalité : ci-gît la taxe à 75 %

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 29 décembre 2014 à 19h36

Les entreprises versant d'importants salaires ont une bonne raison de réveillonner. A compter du 1er janvier, elles ne seront plus taxées à 75 % pour les revenus supérieurs à un million d’euros qu'elles versent.

La taxe à 75 % va disparaître

Après deux années d’existence houleuses, et un bilan plus que mitigé, la taxe à 75 % va finalement disparaître. La mesure était emblématique de la campagne de François Hollande. Finalement ce dernier a décidé d’y mettre un terme. Au départ destinée aux plus riches contribuables de France, la mesure avait finalement été supportée à 100 % par les entreprises.

La taxe à 75 %, mesure phare du candidat Hollande en 2012, va finalement disparaître.

Une mesure emblématique de la campagne du candidat Hollande

En 2012, François Hollande avait en effet évoqué une "contribution exceptionnelle de solidarité" pour les contribuables gagnant plus d’un million d’euros par an. Une mesure vivement critiquée, et rétorquée par le Conseil constitutionnel en 2013, qui l’avait alors jugée confiscatoire. De quoi pousser le gouvernement à la faire payer par les entreprises versant des salaires supérieurs à un million d’euros.

Une mesure qui a fâché les investisseurs avec la France

Mais cette taxe, qui devrait rapporter 260 millions d’euros en 2014, et un peu plus de 150 millions en 2015, des rentes basées sur les revenus 2013 et 2014, laisse derrière elle un bilan mitigé. Elle peut se vanter d’avoir abîmé la confiance des investisseurs, étrangers notamment, envers la France, et d’avoir provoqué la fuite de quelques grosses fortunes nationales. N’étant plus dans la logique politique du gouvernement, ce dernier décide aujourd’hui d’y mettre un terme. Ce que n’a pas manqué de rappeler Manuel Valls en octobre dernier, lors d’un déplacement à Londres, devant un panel de représentants de la finance internationale.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis