Télétravail obligatoire : il sera possible d’y échapper

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 30 décembre 2021 à 9h32
Bruit Travail Teletravail Sante Auditive
24%24% des Français ont télétravaillé pour la première fois durant le premier confinement.

La vague pandémique liée au variant Omicron, qui fait que la France bat record sur record au niveau des nouveaux cas (208.000 en 24 heures le 29 décembre 2021), a conduit le gouvernement à remettre une obligation de télétravail pour les entreprises. Elle entre en vigueur le 3 janvier 2021 et concerne tous les employés qui y sont éligibles. Ou pas… car le texte présente une nuance de taille.

Le télétravail redevient obligatoire, les modalités changent

Le télétravail, dès le 3 janvier 2021, redeviendra obligatoire pour tous les salariés qui peuvent réaliser leurs tâches depuis leur domicile, et pour une durée d’au moins trois jours par semaine. C’est ce qu’a annoncé Jean Castex, Premier ministre, lors de sa conférence de presse du lundi 27 décembre 2021, tenue après le Conseil de Défense sanitaire. Pour les entreprises, et les salariés, c’est un coup dur : le télétravail n’est pas toujours bien accepté.

C’est peut-être ce qui a poussé le ministère du Travail a amender le protocole sanitaire, selon le journal Les Echos qui a pu consulter le texte avant sa publication définitive. Si le télétravail est obligatoire et que la jauge minimum de trois jours est bien conservée, c’est le calcul du temps de télétravail qui évolue. Pour être en conformité avec la loi, l’entreprise devra tenir compte d’une « moyenne ».

Concilier ceux qui aiment ou qui détestent le télétravail

Comme le souligne Les Echos, le projet de protocole précise : « dans les circonstances actuelles de circulation élevée du virus et de l'apparition du variant Omicron, les employeurs fixent à compter du 3 janvier et pour une durée de trois semaines, un nombre minimal de trois jours en moyenne, calculé sur l'effectif concerné, de télétravail par semaine, pour les postes qui le permettent. Lorsque l'organisation du travail et la situation des salariés le permettent, ce nombre peut être porté à quatre jours par semaine ».

Le détail repéré par le journal est celui-ci : « en moyenne ». Les entreprises pourraient donc trancher, en fonction des postes mais aussi du volontarisme de chaque employé éligible au télétravail, qui fait plus de jours et qui en fait moins. Une entreprise avec trois salariés pouvant télétravailler, donc 15 jours de travail par semaine, pourrait donc opter pour un salarié 100% en télétravail, un salarié télétravaillant 4 jours depuis la maison et un salarié à temps plein dans les locaux… et respecter la jauge.

Une souplesse qui a son importance : pour certains salariés, le télétravail est compliqué, leur domicile ne permettant pas une organisation idéale ; et pour certaines entreprises, des postes stratégiques pourraient être conservés en présentiel afin que le télétravail ne perturbe pas l’activité.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Télétravail obligatoire : il sera possible d’y échapper»

Laisser un commentaire

* Champs requis