Tourisme d’affaires : Orly-Afrique de l’Ouest, nouvel axe clé ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Thomas Basile Modifié le 2 mai 2018 à 8h33
Beauvais Aeroport Jardin Location Parking
70 %70 % des touristes internationaux arrivent par avion.

L'aéroport du Sud parisien fait peau neuve. Plus grand, plus accueillant, plus écologique et mieux desservi, il pourrait notamment séduire la clientèle d'affaires d'Afrique de l'Ouest.

Les aéroports sont les meilleures vitrines des pays, puisqu’ils sont bien souvent la première chose qu’un voyageur voit lors de son arrivée. A l’échelle mondiale, 70 % des touristes internationaux arrivent en effet par avion, comme le rappelle Paul Chiambaretto, professeur de marketing et stratégie à Montpellier Business School et chercheur associé à l’École Polytechnique.

Des aéroports qui peuvent contribuer à doper l’attractivité touristique d’un pays, comme c’est déjà le cas dans certains grands aéroports asiatiques ou du Moyen-Orient. Au lieu de considérer leur correspondance comme du temps perdu, les voyageurs peuvent en profiter pour voir une exposition d’art, regarder un film et pourquoi pas, faire du sport ou visiter un jardin. Le personnel du principal aéroport singapourien a ainsi suivi une formation afin d’apprendre à donner une bonne image du pays et encourager les voyageurs à y rester ou y revenir.

Or si, toujours selon Paul Chiambaretto, « la valorisation de la France en tant que destination pour les passagers finaux ou en correspondance en est encore à un stade embryonnaire », cela pourrait être en train de changer. Non seulement parce que l'Hexagone dispose de l’aéroport Charles de Gaulle, un des plus importants hubs mondiaux, mais aussi et surtout parce que d’autres aéroports innovent et mettent en place d’ambitieuses stratégies de séduction.

L'aéroport de tous les Parisiens, mais pas seulement !

C’est notamment le cas de l’aéroport d’Orly, dont l’aggiornamento devrait ravir les touristes du monde entier, en particulier grâce à ses nombreux espaces de détente et ses boutiques. Les touristes d’affaires sont particulièrement chouchoutés, l'écoquartier d’affaires Cœur d’Orly ayant été conçu pour s'adapter à leurs besoins et leur permettre de joindre l'utile à l'agréable.

Sorti de terre en novembre dernier, Cœur d'Orly est un quartier d’affaires autonome proposant 70 000 m2 de bureaux, un centre commercial de 38 000 m2, 3 400 m2 de commerces, un pôle hôtelier de 35 000 m2 et 650 chambres, une vaste coulée verte et une promenade piétonne menant directement à l’aéroport.

Mais ce n'est pas tout. D’ici 2019, un nouveau bâtiment devrait relier les terminaux Orly Sud et Orly Ouest, tandis que dans le cadre du Grand Paris Express, deux lignes de métro devraient desservir l’aéroport dès 2024. Des transformations ambitieuses qui feront de l’aéroport d’Orly « le vrai aéroport des Parisiens », selon la promesse formulée par Augustin de Romanet, PDG du groupe ADP, l’exploitant des aéroports Charles de Gaulle et Orly.

Mais les Parisiens ne profiteront pas seuls de ce nouvel aéroport. La transformation d'Orly fait notamment écho à celle entreprise par l'aéroport de Dakar, la capitale sénégalaise souhaitant se positionner comme un hub régional du tourisme d’affaires. « C’est le segment qui connaît la plus forte croissance dans le pays. Entre 30 % et 35 % des investissements privés sont effectués dans ce secteur, et il y a encore de belles opportunités de développement », confie à Jeune Afrique Houma Mbaye Dia, responsable du marketing événementiel à l’Agence nationale chargée de la promotion de l’investissement et des grands travaux (Apix).

Le nouveau moteur de l'attractivité française

Voilà qui tombe bien. Depuis 2012, une liaison Orly - Dakar relie la France au Sénégal. Dakar, une ville qui ne cesse d’attirer les femmes et les hommes d’affaires européens, au même titre qu’Abidjan ou Bamako, villes qu’on peut également rejoindre directement depuis Orly. Un intérêt marqué pour l’Afrique de l’Ouest qui s’explique autant par les belles perspectives économiques de la région que par la stratégie des compagnies opérant au sein de l’aéroport parisien. Forte du succès des lignes Dakar et Abidjan, Orly, via la compagnie Corsair, propose en effet depuis janvier un vol hebdomadaire vers Bamako. Une seconde fréquence a été ouverte fin mars.

A ces deux vols hebdomadaires s’ajoutent 3 vols opérés par Aigle Azur, qui a signé en février un accord de partage de codes (code-share) avec Corsair sur la liaison Paris-Bamako. Un déploiement qui « permettra aux clients des deux compagnies de bénéficier d’un choix élargi en matière de flexibilité et de combinaisons tarifaires au départ de l’aéroport de Paris-Orly vers le Mali », ceci afin de « répondre à la demande d’une clientèle affinitaire très présente entre Paris et Bamako », selon un communiqué commun des deux groupes.

Des liaisons qui devraient permettre à Orly de devenir une destination incontournable pour toute la clientèle d’affaires d’Afrique de l’Ouest souhaitant gagner l’Europe ou les Etats-Unis. D’autant qu’on apprenait début mars que La Compagnie, transporteur 100 % classe affaires, transférait ses vols de Paris CDG à Paris Orly, ouvrant ainsi une liaison business supplémentaire entre l’aéroport du sud-parisien et les Etats-Unis (Newark).

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Thomas Basile est Masterant en économie et passionné par le continent africain.