Twitter vaudrait près de 9 milliards de dollars, un an avant son entrée en bourse

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 28 janvier 2013 à 3h33

Ce n’est jamais que deux milliards de moins que certaines estimations datant de début janvier ! D’après le Financial Times, le site de micro-blogging, qui prépare son entrée en bourse en 2014, serait actuellement valorisé à près de neuf milliards de dollars. Une jolie somme tout de même !

En effet la start-up de San Fransisco commence à montrer au marché qu’elle sait désormais monétiser ses services. Dès lors, Twitter a notamment reçu récemment un chèque de 80 millions de dollars signé par un nouvel investisseur, Blackrock, et pas n’importe lequel : il s'agit de la plus importante société d'investissement aux Etats-Unis. Certes on est loin des 800 millions de dollars que l’entreprise avait levés auprès de plusieurs fonds en 2011, mais le prestige de cet investisseur prouve que son business-modèle est solide. En effet, Twitter commence à multiplier ses ressources publicitaires, via la mise en place notamment de tweets sponsorisés. Et elle pourrait intégrer à terme des spots publicitaires, grâce à son nouvel outil, Vine, qui permet aux utilisateurs de partager avec leurs « followers » de courtes vidéos, de cinq à six secondes environ. L’an dernier, son chiffre d'affaires aurait atteint 141 millions de dollars et il pourrait dépasser le milliard de dollars dès 2014.

Mais rien ne garantit que Twitter, qui ne compte jamais que 200 millions d’utilisateurs dans le monde (dont 5,5 millions en France), ne se retrouve dans la même situation que Facebook : valorisé à plus de 100 milliards de dollars avant son entrée en bourse, le réseau social ne vaudrait aujourd’hui « plus que » 60 milliards et quelques, malgré son milliard de « friends ».

En fait, la plupart des entreprises Internet introduites en Bourse depuis deux ans ont vu leur valeur fondre, à l’image de Facebook donc mais aussi de Groupon (-80%).

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.