Voiture 100% autonome : la France se prépare, Musk concède que c’est compliqué

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 7 juillet 2021 à 10h53
Tesla Objectifs 2020 Record 1
10%La valeur de Tesla en Bourse a chuté de près de 10% depuis début 2021.

Avec les voitures 100% électriques, que l’industrie prépare et qui devraient devenir, à terme, les seuls véhicules qui seront vendus dans le monde, un autre changement est en cours pour les constructeurs automobiles : la voiture 100 % autonome. Une course lancée, et dominée, par Tesla mais qui s’avère plus compliquée que prévu...de l’aveu même d’Elon Musk. En attendant, la France se prépare à les accueillir.

Le Code de la route adapté aux voitures autonomes en France

Bien que l’autonomie de niveau 4 ou de niveau 5 ne soient pas encore atteintes, le niveau 5 étant le niveau d’autonomie le plus élevé où, théoriquement, le véhicule n’aurait même pas besoin d’vaoir un volant pour le conducteur, la France veut prendre les devants : Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué en charge des Transports, a en projet d’adapter le Code de la route à ces futurs véhicules autonomes. Rien n’est encore décidé, mais l’objectif a été annoncé le 1er juillet 2021 dans un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Car les voitures autonomes se heurteraient à un concept fondamental du Code de la route français : l’obligation, pour le conducteur, d’être toujours maître de son véhicule. Cette obligation justifie, par exemple, les sanctions pour conduite sous emprise d’alcool ou stupéfiants, les comportements dangereux… et permet d’établir un principe de base : la responsabilité du conducteur, en cas d’accident par exemple.

Or, si la conduite autonome était disponible, il y aurait une incohérence : comme déclarer le conducteur responsable d’un accident qui aurait été provoqué… par l’ordinateur, sur lequel ce dernier n’a pas moyen d’intervenir ? Le projet de décret annoncé vise à répondre à cette question fondamentale.

La conduite autonome de niveau 5 ? Plus compliquée que prévu

Si le gouvernement a fait cette annonce, il n’y a en réalité aucune urgence : atteindre l’autonomie de niveau 5 s’annonce plus compliqué que prévu. À le déclarer, ce n’est personne d’autre qu’Elon Musk, fondateur de Tesla, qui l’avait promise dès 2018. Si l’industrie automobile est concorde à dire que Tesla est en avance, technologiquement, sur ce sujet, dans un tweet publié le 3 juillet 2021, il déclare que « la conduite autonome généralisée est un problème difficile, puisqu’il demande une adaptation de l’IA au monde réel ».

Ainsi, depuis 2018, Tesla a régulièrement reporté le déploiement de la conduite autonome : la FSD (Full Self-Driving) v9, annoncée comme pratiquement prête en avril 2021, a une nouvelle fois été repoussée. « Je ne m’attendais pas à ce que ce soit si difficile. »

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Voiture 100% autonome : la France se prépare, Musk concède que c’est compliqué»

Laisser un commentaire

* Champs requis