L'immigration coûte 0,5 % de PIB à la France, d'après l'OCDE

0,5 point de PIB représente 10 milliards d'euros.

C'est une enquête de l'OCDE (Organisation pour le commerce et le développement économique) dont vous avez pu lire des extraits et des commentaires dans la presse ces dernières vingt-quatre heures, jeudi 22 mai. La plupart des articles qu'il nous a été donné de consulter (Les Echos, Le Figaro, Reuters sur Boursorama) ont retenu un fait majeur dévoilé par cette enquête : en 2012, l'Allemagne a accueilli 400 000 immigrés sur son territoire, soit deux fois plus qu'en 2009. A tel point que la presse allemande en a fait ses gros titres, étonnée.

"Les flux migratoires  [en Allemagne NDLR] ont augmenté de plus d'un tiers en 2012 par rapport à 2011, en raison principalement des mouvements en provenance d'Europe centrale et d'Europe de l'Est, et - dans une certaine mesure - d'Europe du Sud" explique l'OCDE. Avec 400 000 immigrés accueillis sur son sol en 2012, l'Allemagne est en deuxième position derrière les Etats-Unis (1 milion d'immigrés). Sachant que l'Allemagne est 27 fois plus petite que les Etats-Unis, grande comme l'Etat du Montana, et compte 80 millions d'habitants contre 317 millions d'américains, l'Allemagne pourrait en fait proportionnellement à sa taille et à sa population revendiquer la première place, devant les Etats-Unis. Ce flux migratoire a représenté 0,5 % de la population allemande en 2012.

Quid de la France ? L'OCDE ne donne curieusement pas de chiffre pour la France dans l'étude publiée, mais communique tout de même deux informations de taille : "Plusieurs autres pays européens ont également connu des flux beaucoup plus élevés de migration en 2012 par rapport à 2011, certains, comme la France, la Suède et la Finlande, atteignant même des sommets historiques."  L'agence Reuters, après avoir interviewé l'auteur du rapport, annonce le chiffre de 242 000 nouveaux entrants sur le territoire français en 2012.

 

Mais le rapport ne se contente pas d'estimer les flux migratoires, il essaye surtout d'en évaluer l'impact. Or, c'est cette partie du rapport qui a bizzarement été éludée ou survolée dans les articles référencés ci-dessus. Pourtant, le communiqué de l'OCDE (reproduit ci-dessous) semblait limpide. Le troisième point mis en exergue sous les "principales conclusions pour la France" était : "ramener le taux d'emploi des entrants au niveau de celui des travailleurs natifs représenterait un gain fiscal notable et un impact budgétaire sur le PIB de 0,5% en France." Le rapport de l'OCDE ne dit pas autre chose, et nous citons ici in extenso le paragraphe sur ce sujet : "L'emploi est le déterminant le plus important de la contribution fiscale nette des migrants, en particulier dans les pays avec des États-providence généreuxAugmenter le taux d'emploi des immigrés au niveau des personnes natives du pays entraînerait des gains financiers substantiels dans de nombreux pays européens de l'OCDE, en particulier en Belgique, en France et en Suède, qui verraient un impact budgétaire de plus de 0,5 % du PIB. Il pourrait également aider les immigrés à atteindre leurs propres objectifs : la plupart des immigrés, après tout, ne viennent pas pour des avantages sociaux, mais pour trouver du travail et améliorer leur vie et celle de leurs familles. Les efforts visant à mieux intégrer les immigrés devraient donc être considérés comme un investissement plutôt qu'un coût."

0,5 % de PIB, c'est 10 milliards

 

Il n'y a pas besoin d'être un grand économiste pour comprendre ce que l'OCDE explique à mots couverts, sur un sujet hautement sensible. Le taux de chômage des étrangers en France, était en 2012, selon l'Insee, de 24,8 %, contre 9,2 % pour les Français, et 9,8 % au total, sachant que l'Insee appelle étranger toute personne qui ne détient pas la nationalité française.  En estimant que les pays comme la France gagneraient 0,5 % de PIB (10 milliards d'euros) s'ils parvenaient à amener la population immigrée au même niveau d'emploi que "celui des travailleurs natifs", l'OCDE nous explique en fait que le taux de chômage élevé des immigrés en France coûte 0,5 point de PIB.

Les immigrés sont-ils victimes d'une discrimination à l'embauche, qui justifierait leur taux élevé et persistant de chômage ? Non, l'OCDE explique que leur employabilité est directement proportionnelle à leur niveau d'éducation et de compétence. Si l'immigration a fait croitre de 31 % le nombre de diplômés de l'enseignement supérieur au Canada, qui pratique une immigration hautement sélective et attire des asiatiques et des européens, l'impact n'est que de 14 % en Europe explique encore le rapport. Mieux encore, l'OCDE explique dans un autre rapport publié également mardi que "les immigrés représentaient 47% de l'augmentation de la main-d'œuvre aux États-Unis et 70 % en Europe au cours des dix dernières années" et encore que "les immigrés contribuent de manière significative à la flexibilité du marché du travail, notamment en Europe". Jean-Luc Mélenchon et les électeurs du Front de Gauche apprécieront. Si l'on ajoute que l'Unedic, qui finance l'assurance chômage, annonce 300 000 chômeurs de plus en 2014 et 2015, la "recommandation" de l'OCDE oscille entre l'utopie et le delirium tremens...

25 % de chômage chez les immigrés en France en 2012

Sur les dix dernières années, le taux de chômage des immigrés est tombé une seule fois sous le seuil des 20 %, à 19 %, en 2008, quand le taux de chômage des Français a atteint 7 % cette année là. Que ce soit en période faste pour l'emploi ou en pleine crise, le ratio est donc toujours de 1 sur 3. Nicolas Sarkozy, pour rédiger sa tribune publiée jeudi par l'hebdomadaire Le Point, avait il eu connaissance préalablement de ce rapport de l'OCDE, rendu public mardi soir à 20h30, quand le Point était déja chez l'imprimeur ("avant midi, le journal est définitivement bouclé et part pour l'imprimerie" explique le Point sur son site Internet) ? Il ne dit pourtant pas autre chose : " Nous ne pouvons plus continuer à faire semblant de croire qu'il est encore possible d'accueillir tout ceux qui le souhaitent. C'est une évidence qu'il faut suspendre immédiatement Schengen I et le remplacer par un Schengen II auquel les pays membres ne pourraient adhérer qu'après avoir préalablement adopté une même politique d'immigration. Ainsi serait-il mis fin au détournement de procédure qui permet à un étranger de pénétrer dans l'espace Schengen, puis, une fois cette formalité accomplie, de choisir le pays ou les prestations sociales sont les plus généreuses. Nous n'avons pas voulu l'Europe pour que soit organisé un dumping social et migratoire au détriment quasi systématique de la France. J'affirme que l'on peut être généreux et bouleversé par les évènements de Lampedusa et être dans le même temps suffisamment lucide pour ne pas accepter une absence de contrôle de notre politique migratoire qui nous conduit tout droit à la catastrophe. Si nous ne réagissons pas rapidement dans les années qui viennent, c'est notre pacte social qui va exploser". 

 Le communiqué de l'OCDE

De: Caroline Tourrier - OCDE
Objet: Les derniers chiffres de l'OCDE sur les migrations Date: 20 mai 2014 18:30:37 UTC+2 À: Undisclosed recipients: ;
Bonjour,   Je vous prie de trouver ci-dessous nos dernières études sur les migrations avec des chiffres en exclusivité sur les évolutions récentes des mouvements dans les pays de l'OCDE :  Is migration good for the economy? Is migration really increasing? The Fiscal and Economic Impact of Migration   Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des conclusions principales pour la France : ·         En 2012, par rapport à 2011, la France a enregistré une augmentation de ses flux entrants. Les entrants n'ont représenté néanmoins que 0,4 % de la population totale. ·         Si le développement de l'immigration familiale a été très inégal dans la zone OCDE, la France a enregistré une hausse de 7%. ·         Ramener le taux d'emploi des entrants au niveau de celui des travailleurs natifs représenterait un gain fiscal notable et un impact budgétaire sur le PIB de 0,5% en France.   L'étude indique également que : ·         Ces dix dernières années, les entrants ont représenté 47% de l'augmentation de la main-d'œuvre aux États-Unis et en Europe. ·         Il a été constaté que les entrants sont de plus en plus éduqués. ·         Les flux migratoires « permanents » vers les pays de la zone OCDE ont été stables en 2012 par rapport à 2011 avec environ 4 millions d'immigrés, soit un tiers de plus qu'en 2000 et 14% de moins qu'en 2007.  ·         Les flux migratoires vers l'Allemagne ont augmenté de plus d'un tiers en 2012 par rapport à 2011, en raison principalement des mouvements en provenance d'Europe centrale et d'Europe de l'Est, et – dans une certaine mesure – d'Europe du Sud. Après les États-Unis, l'Allemagne est désormais le 2ème pays qui attire le plus d'immigrés dans la zone OCDE. ·         Les immigrations ont diminué en Espagne avec une baisse enregistrée de 22% et de 19% en Italie, soit deux fois moins qu'en 2007 dans ces deux pays. Le Royaume-Uni a également enregistré une baisse de 11% ; il s'agit de son niveau le plus bas depuis 2003. ·         Les flux migratoires vers les États-Unis, le pays qui attire le plus d'immigrés de la zone OCDE, ont diminué de 3% mais représentent un mouvement de plus d'un million de personnes.       Caroline Tourrier
Media Division
Public Affairs & Communications Directorate
      2, rue André Pascal - 75775 Paris Cedex 16

A lire sur le même sujet : Jean-Paul Gourevitch : combien coûte l'immigration, zéro pointé pour l'enquête du Point


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également chroniqueur sur RTL. 

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France puis a passé 9 ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur, avant de fonder Economie Matin en 2004 puis de le céder à un fonds d'investissement espagnol en 2007. Après avoir créé plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), il a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il était rédacteur en chef, avant de relancer en 2012 EconomieMatin.fr sur Internet et sur mobile. 

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) et "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).