Demain, voiture et bureau ne feront qu'un

80 %
80% des actifs français utilisent une voiture à un moment donné pour
ce type de trajet

Plus qu’ailleurs en Europe, les Français restent attachés à leur voiture pour leurs trajets domicile - travail et leurs déplacements professionnels. Alors que la congestion des principaux axes urbains et périurbains a allongé les durées de trajets, l'innovation automobile foisonnante laisse entrevoir des véhicules qui permettront aux collaborateurs de gagner du temps ou de travailler tout en se déplaçant.

C’est un fait, la mobilité en ville devient de plus en plus compliquée du fait de l'hyper densification des centres urbains et de l’engorgement des principaux axes de transport entre la ville et sa périphérie. Cette congestion s’explique notamment par le rapport particulier que les Français entretiennent avec leurs voitures, notamment dans leurs déplacements professionnels. D’après une étude réalisée par l’IFOP pour Alphabet France*, 80% des actifs français utilisent une voiture à un moment donné pour ce type de trajet. C’est le mode de transport principal de 85% de ces répondants et c’est l’unique mode de déplacement pour 40% d’entre eux. Ils disent parcourir en moyenne 44 km par déplacement et avancent la rapidité de la voiture comme principal argument.

Regagner du temps grâce aux véhicules volants

Cette surreprésentation de la voiture dans les déplacements professionnels affecte particulièrement les axes routiers urbains et augmente le temps de trajet des automobilistes se rendant ou partant du travail ou de rendez-vous professionnels. Le dernier recensement de la DARES, l’organisme du Ministère du Travail en charge des études et des statistiques, effectué en 2015 faisait état d’une augmentation du temps de trajet professionnel de 20% depuis 1998, à 50 minutes**.

Pour désengorger les axes routiers et redonner du temps aux collaborateurs, les fabricants d’avions et les constructeurs automobiles planchent depuis plusieurs années sur la question du véhicule volant. Rupture technologique majeure, il préfigure la ville intelligente de demain. Airbus développe son CityAirbus avec un objectif clairement affiché : créer un taxi-volant autonome pour décongestionner le trafic dans les villes. Uber et la NASA se sont associés pour créer des taxis volants dès 2020, et Toyota a déposé en déposant un brevet en mars 2017 pour créer une voiture pouvant voler grâce à des hélices cachées dans les roues.

Avec son concept Volvo TF-X disponible en précommande dès le mois d’octobre de cette année, le constructeur suédois semble être le premier acteur du marché à être en mesure de passer du laboratoire à la ville, du prototype à la voiture. Ces promesses restent bien évidemment conditionnées aux évolutions réglementaires nécessaires pour intégrer la circulation volante au paysage urbain.

Le véhicule autonome, futur bureau mobile ?

La réduction du temps de trajet n’est pas le seul axe de réflexion des constructeurs. Avec le projet de voiture autonome, ils ambitionnent également de réintégrer le travail au temps dédié au déplacement professionnel et au voyage d’affaire. Cette approche répond aux récentes évolutions du rapport à l’environnement de travail et aux aspirations à des formes de travail plus flexibles, qui s’adaptent davantage au quotidien du collaborateur. Dans une récente étude, le cabinet RH Kronos estime que 71% des salariés Français souhaitent pouvoir travailler à distance et attendent que les entreprises développent davantage le télétravail***. La tendance du “flex office” se développe également, puisque 4% des salariés choisissent chaque matin un nouveau bureau au sein de leur open space.

Si les constructeurs automobiles le conçoivent avant tout comme une commodité du quotidien, plusieurs acteurs spécialisés issus de l’univers professionnel ont réfléchi à un aménagement spécifique adapté aux univers de travail. En 2014, l’entreprise de co-working Regus a présenté le premier concept-car XchangE où les sièges pouvaient pivoter vers l’arrière pour créer un espace de travail. De son côté, la société de design IDEO a conceptualisé le premier véhicule autonome pouvant faire office de taxi partagé et de bureau mobile.

Ces révolutions technologiques majeures laissent entrevoir la possibilité pour les collaborateurs de redevenir les acteurs de leurs déplacements professionnels et de les intégrer de manière fluide, sans friction, à leur journée de travail.

Sources :

https://www.hr-voice.com/communiques-presse/80-des-actifs-francais-utilisent-leur-voiture-pour-leur-trajet-domicile-travail/2017/10/24/

**https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2015-081.pdf

***http://www.decision-achats.fr/Thematique/environnement-travail-1231/Infographies/Teletravail-en-France-les-chiffres-cles-321284.htm#5diVcEY61LR6TbJ1.97


A découvrir

Sébastien Marchon

Diplômé de l’ESSEC et d’HEC Paris, Sébastien Marchon a commencé comme consultant en management chez PwC, puis consultant en stratégie chez Roland Berger avant de rejoindre Carlson Wagonlit Travel en qualité de Directeur en consulting pour la zone EMEA. Quatre ans plus tard, il prend la direction du consulting d'American Express pour la zone EMEA et rejoint également le comité exécutif et le conseil d’administration. En 2015, il rejoint le groupe Sodexo dans la business line Mobility & Expense avant de devenir CEO de Sodexo Travel & Expense en 2017. Depuis juin 2018, Sébastien Marchon est CEO de Rydoo, une corp-up du groupe Sodexo. 
 
Sébastien Marchon est également membre du conseil d’administration de Global Business Travel Association (GBTA).