Facebook Ads : cibler un utilisateur en particulier se révèle possible

6
Le taux de succès d'un ciblage monte à 95% lorsqu'on renseigne au
moins 6 centres d'intérêt de la personne visée.

Les outils de Facebook à la disposition des annonceurs sont très sophistiqués. À tel point que, à condition d’en savoir suffisamment sur les centres d’intérêt d’un utilisateur (et qu’ils soient bien renseignés sur son profil), il est possible de cibler un utilisateur en particulier, révèlent des chercheurs de l’Université Carlos III de Madrid.

Cibler un utilisateur en particulier s’est révélé possible dans 8 cas sur 9

Imaginez : vous ouvrez un jour Facebook et voyez une annonce publicitaire qui vous est personnellement destinée. Pire, une annonce contenant du chantage ou vos informations personnelles. Comme le révèlent José González-Cabañas et ses collègues de l’Université Carlos III de Madrid, un tel ciblage, bien que très compliqué à mettre en place, est bien possible, à condition d’en savoir suffisamment sur la personne.

En octobre-novembre 2020, l’équipe de chercheurs avait lancé sur Facebook des campagnes publicitaires en essayant de cibler tel ou tel membre de leur équipe. Verdict : pour toutes les 9 campagnes où étaient renseignés au moins 18 centres d’intérêt de l’utilisateur cible, 8 parvenaient à atteindre cet utilisateur cible.

Facebook : le ciblage publicitaire d’une personne en particulier est finalement un jeu d’enfant

Plus important encore, les chercheurs se sont attachés à calculer le nombre de centres d’intérêt dont la saisie se révèle suffisante pour atteindre une personne en particulier avec 95% de probabilité. Les résultats de leurs recherches montrent que ce nombre est de 6. En plus, à condition de connaître l’ensemble des centres d’intérêt que la personne a renseignés sur son profil, il est possible de l’atteindre avec 90% de probabilité en renseignant tout juste 4 centres d’intérêt. Le taux de succès monte même à 95% lorsqu’on renseigne au moins 6 centres d’intérêt. Et encore, dans ce travail de recherche on ne parle que de centres d’intérêt : si les chercheurs entreprenaient de renseigner également le pays ou la ville, le lieu de travail ou d’études, la plateforme utilisée (iOS ou Android), ils auraient de toute évidence réussi leur ciblage avec bien moins de centres d’intérêt.

Un tel ciblage, dont la faisabilité a été démontrée avec succès par les chercheurs, ne semble pas être rendu impossible par Facebook. La documentation à la disposition des annonceurs ne fait mention d’aucune limite minimale en termes d’audience pour une campagne publicitaire, le ciblage d’un utilisateur en particulier est donc permis.


A découvrir