Le fioul : l'autre combustible qui pourrait flamber

30 ?
Le baril de Brent clôturait, lundi 16 septembre, avec une augmentation
de 30 euros pour 1.000 litres.

 

Les attaques du 14 septembre sur les sites pétroliers d’Arabie Saoudite auront une double peine pour les occidentaux : la hausse du prix des carburants, mais aussi du fioul.

Une hausse de 30 euros

La hausse des prix pourrait être générale. Après le carburant, le fioul domestique voit ses tarifs augmenter brutalement après l’attaque de deux infrastructures pétrolières saoudiennes par des drones yéménites. Un site stratégique puisque la moitié de la production de pétrole de l’Arabie Saoudite provient de ces lieux touchés.

Lundi, le baril de Brent clôturait en hausse de 14,6%, à près de 70 dollars. Si les tarifs à la pompe devraient augmenter de 5 centimes, le prix du fioul a déjà pris 30 euros pour 1.000 litres, soit 3 centimes par litre en une journée. À la veille des attaques, le baril coûtait 907 euros, contre 937 euros le jour même.

Une facture salée cet hiver

Une hausse inédite depuis le lancement de FioulReduc en 2012 mais qui s’explique par la hausse du prix de la matière première et de la rareté du produit dans les raffineries et les dépôts pétroliers français. La demande a pour sa part augmentée.

Dès lundi, les commandes ont été multipliées par dix par rapport à la veille et par quatre par rapport à un lundi de septembre. La douceur de la fin du dernier hiver a encouragé les clients à tenir leurs réserves. La conséquences des attaques au Moyen-Orient pourrait augmenter le budget chauffage des Français au fioul de plus de 100 euros cet hiver.

 


A découvrir