Les routiers menacent d'une « mobilisation » illimitée contre l'écotaxe

900 MILLIONS €
Dans sa version initiale l'écotaxe devait rapporter 900 millions
d'euros par an à l'Etat.

Ce ne sera pas la fin du monde mais les routes de France risquent bien d'être un peu moins agréables à rouler à partir du vendredi 17 octobre 2014 : les routiers ont posé un « ultimatum » au gouvernement ce lundi 6 octobre 2014 pour le retrait de la nouvelle version de l'Ecotaxe... faute de quoi ils annoncent une mobilisation « jusqu'au retrait ». Entendez une mobilisation illimitée dans le temps.

Au revoir Ecotaxe, bonjour « taxe poids lourds »


L'Ecotaxe, dans sa version avec les portiques qui a conduit à la mobilisation des « Bonnets rouges » a été abandonnée par le gouvernement. Mais l'Ecotaxe, comme toute taxe, devait rapporter de l'argent, le gouvernement ne pouvait pas s'en passer... il a donc créé une nouvelle taxe.


Appelée désormais « péage de transit poids lourds », la nouvelle version de l'Ecotaxe était prévue pour calmer les tensions. Dans les faits, elle réduit de 15 000 kilomètres à 4 000 kilomètres le réseau routier concerné par le péage poids lourds.


Une simple fumisterie du gouvernement, en somme, qui espérait peut être que les routiers n'allaient pas s'en rendre compte. Malheureusement, ils s'en sont rendus compte et ne comptent pas en rester là.

Grève « reconductible » à partir du 17 octobre 2014


Pour que le gouvernement fasse marche arrière sur la question, les routiers ont tout simplement annoncé qu'ils allaient se mobiliser. Et quand les routiers se mobilisent, ce sont les simples voyageurs qui trinquent.


Ce lundi 6 octobre 2014 l'OTRE, l'Organisation des transporteurs routiers européens, a lancé un ultimatum au gouvernement : « Soit tu laisses tomber l'écotaxe, soit tu vas en baver et les routes de France vont devenir un enfer. » Bon, ce ne sont sans doute pas les mots exacts utilisés par l'OTRE, mais l'idée est là.


L'« enfer » sera déchaîné sur les routes françaises dès le 17 octobre, l'ultimatum donné au gouvernement lui laissant jusqu'au 15 octobre pour faire machine arrière.


Le risque : opérations escargots, barrages filtrants et autres mobilisations... pour une durée indéterminée. Car oui, la mobilisation annoncée est « reconductible » jusqu'à l'abandon de l'ecotaxe.


A découvrir