Quand la France ne pourra plus emprunter 800 millions par jour



« Comment avez-vous fait faillite ? De deux façons. Progressivement... puis subitement. » Hemingway, The Sun Also Rises

« Chaque jour, l'État français dépense 280 millions d'euros qu'il n'a pas. Chaque jour, l'État français doit emprunter 800 millions d'euros. Une partie de l'emprunt couvre le trou de 280 millions d'euros, le reste finance la dette publique, le trou déjà creusé durant trente-sept ans.

Après trente-sept années de « progressivement », le moment du « subitement » est imminent. Une génération – trente années – de taux d'intérêt très bas touche à sa fin. Emprunter va coûter de plus en plus cher. Ce n'est plus 800 millions d'euros qu'il va falloir trouver mais beaucoup plus.


« Ce n'est pas possible, pensez-vous, cela ne peut pas durer, c'est absurde ! » Vous avez raison. Cela ne peut pas durer. Non pas parce que c'est absurde : beaucoup de situations absurdes s'éternisent pour la simple raison qu'on les juge raisonnables. Mais cela ne va pas durer longtemps tout simplement parce que nous allons faire faillite, ou plus exactement défaut puisque c'est le terme technique que l'on emploie dans le cas d'un pays. Un jour, nous ne trouverons pas les 800 millions d'euros, on refusera de nous les prêter. « On », c'est-à-dire vous-même et votre livret de Caisse d'Épargne ou votre assurance-vie ou bien les investisseurs étrangers. Ce jour-là, nous ferons faillite.

Dans un sens, c'est une excellente nouvelle, car si on nous prêtait toujours plus, nous terminerions réduits en esclavage pour rembourser la dette publique... N'est-ce pas la définition de l'esclavage que de travailler sans salaire en gagnant juste de quoi survivre ?

Comment et pourquoi nous en sommes arrivés là, c'est le propos de ce livre ; mais surtout ce que vous pouvez faire, vous, pour vous préparer à la faillite nationale. Car il vous faudra traverser cette délicate période le mieux possible pour ensuite pouvoir profiter à plein du retour à une véritable prospérité.

Pourquoi les taux d'intérêt vont augmenter

Dans le monde autour de nous, il y avait jusqu'à présent plus d'épargne qui cherchait à se placer que de besoins d'emprunt. L'abondance fait baisser les prix : c'est vrai aussi pour le crédit qui ne coûtait pas cher. Mais une page d'Histoire se tourne sous nos yeux.

Pour refinancer la dette arrivant à maturité, les États souverains de la zone euro et les banques doivent trouver en 2012 sur les marchés 1 900 milliards d'euros (1), soit près de 9 milliards par jour. Nous sommes en concurrence avec beaucoup de monde dont la solvabilité est bien moins douteuse. « Depuis que la crise a commencé à devenir sérieuse en 2008, les investisseurs institutionnels se sont régulièrement posé la question de savoir quelles étaient les valeurs refuges – les obligations françaises arrivant en dernier d'une longue file. » (2) Ce type de commentaires est mon pain quotidien. Les medias français se gardent bien de vous les relayer. »

(1) MoneyMorning Australia, 25 février 2012, Europe's Road to Nowhere, Satyajit Das.

(2) David Turner, Institutional Investor, 16 janvier 2012.

Extrait du Chapitre 1 – La fin des mensonges et la fuite des prêteurs – pp. 5-7

 couv-livre-faillite-simone-wapler

« Pourquoi la France va faire faillite - Et ce que vous devez faire pour vous en sortir »

de Simone Wapler

Ixelles éditions

13,5 x 21,5 cm - 224 pages

17,90 euros

Pour lire la tribune de Simone Wapler sur l'objectif ce livre, cliquez ici.

Simone Wapler

Simone Wapler est directrice éditoriale des publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers. Ingénieur de formation, elle a quitté les laboratoires pour les marchés financiers et vécu l'éclatement de la bulle internet. Grâce à son expertise, elle sert aujourd'hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.

Elle a publié "Pourquoi la France va faire faillite" (2012), "Comment l'État va faire main basse sur votre argent" (2013), "Pouvez-vous faire confiance à votre banque ?" (2014) et “La fabrique de pauvres” (2015) aux Éditions Ixelles.

ECO DIGEST

Les évadés fiscaux n'auront plus une amende de 5 % à payer

Les retraités les plus modestes pourraient recevoir un coup de pouce

[BEST OF] Comment Ségolène Royal a fait perdre plusieurs milliards d'euros à EDF