Retraites : vers une réindexation des pensions les plus modestes sur l'inflation

0,3 %
Le gouvernement avait décidé de limiter à 0,3% la revalorisation des
pensions en 2019.

Une semaine avant la fin du Grand débat national, la LREM dévoile ses propositions. Stanislas Guerini, le délégué général du parti, les a présentées à Chartres (Eure-et-Loir), notamment la fin de la sous-indexation des retraites. Et cela a fait réagir.

Retraites : LREM propose d'indexer le niveau des pensions les plus modestes sur l'inflation

Il ne reste plus que quelques jours avant la fin du Grand débat national puisque la clôture des débats est fixée au 15 mars 2019. Mais à l'issue des deux mois de consultation dans toute la France, la république En Marche (LREM), le parti d'Emmanuel Macron a déjà présenté des propositions dimanche 10 mars pour tenter de contenter les Français, ses « idées pour la France ».

Stanislas Guérini, patron de La République en Marche, a ainsi listé différentes propositions, notamment à destination des retraités. Il propose d'indexer à nouveau le niveau des pensions les plus modestes sur l'inflation. Le gouvernement avait limité la hausse à 0,3% pour 2019, bien en dessous de la hausse des prix. L'exécutif tranchera en avril. 

Des réactions contre cette proposition 

Les réactions n'ont évidemment pas tardé. Sur RTL, le député Les Républicains Éric Ciotti a réagi ainsi : « La République en Marche joue au pompier pyromane. » Il a ironisé ainsi en rappelant que c'était bien le gouvernement d'Édouard Philippe qui avait rompu avec la hausse automatique des pensions de retraite. La cheffe de file des députés socialistes, Valérie Rabault, a souligné sur Twitter qu'un recours de son groupe devant le Conseil constitutionnel avait déjà annulé cette  « non-revalorisation » pour 2020.

De son côté, l'économiste à l'OFCE Henri Sterdyniak, estime sur franceinfo que c'est « l'ensemble des retraites qui doivent être au minimum indexées sur les prix. » Et de s'expliquer : « On ne peut pas distinguer les retraites modestes et les retraites plus élevées, et accepter que les retraites plus élevées ne soient pas indexées, elles aussi, sur l'inflation ». Pas sûr donc que cette proposition parvienne à calmer la colère des Gilets jaunes.


A découvrir