Retenez ceci. La Suède suspend le vaccin Moderna pour les moins de 30 ans !

84,8 %
La couverture vaccinale est de 84,8% en France

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Le mois dernier, j’ai écrit un dossier intitulé « 2022, l’échec de la vaccination ».

Non pas que ce soit un souhait, ni même une crainte d’ailleurs. C’est.

C’est une conclusion logique suite à une analyse basée sur un ensemble d’éléments aussi bien scientifiques que sociaux, notamment la dangerosité de ces vaccins sur certaines catégories notamment chez les jeunes, mais aussi sur les effets secondaires dont il est de bon ton de ne surtout pas parler.

Pourtant il n’y a là aucune position dogmatique de ma part. Au contraire. La position dogmatique est à voir du côté des « vaccinistes » qui veulent piquer tout ce qui bouge et dispose d’un bras.

Toute proposition médicale, je dis bien toute a des effets secondaires, et son profil de bénéfice/risque est différencié en fonction des multiples catégories de patients.

Je soutenais donc dans ce dossier spécial Stratégie que globalement en 2022, la vaccination ne serait sans doute pas la solution miracle à laquelle trop nombreux sont ceux qui ont voulu croire trop facilement.

J’espère me tromper, mais les faits semblent plutôt pencher du côté de l’apparition de limites du côté de la vaccination, et notamment toujours ce sujet des inflammations cardiaques notamment pour les jeunes hommes, et ce problème persistant de règles chez les femmes et là, de tout âge.

La Suède suspend l’utilisation du vaccin Moderna pour les moins de 30 ans !

« La Suède a annoncé dans un communiqué de suspendre « par précaution » l’utilisation du vaccin contre le Covid-19 de Moderna, pour tous les moins de 30 ans en raison d’un risque d’inflammation cardiaque chez les jeunes.

L’autorité de santé publique du pays a cependant souligné que la probabilité de cet effet secondaire était toutefois « minime ». Selon l’agence, le risque est plus marqué après la deuxième dose et chez les sujets masculins« . Source LCI ici.

Faisons de la science pas de la propagande.

Cessons de vouloir lutter contre le complotisme en mentant systématiquement aux gens. Dire la vérité est bien plus facile et cela suscite l’adhésion et surtout la confiance.

Nous savons depuis plusieurs mois que nous avons un vrai problème d’effets secondaires notamment chez les jeunes et avec le Pfizer aussi.

Nous savons aussi qu’il est impossible d’atteindre ce que l’on appelle l’immunité de groupe ou collective sans vacciner 80 à 85 % de la population totale.

Un grand cynisme qu’il faut dénoncer. 

Or, pour atteindre 85 % de la population, il faut évidemment vacciner les moins de trente ans.

Il faut aussi vacciner les moins de 18 ans.

Ces jeunes ne risquent rien statistiquement du covid.

Pour eux, le bénéfice/risque du vaccin est négatif.

Mais collectivement, on ne peut atteindre les 85 % sans les piquer et les vacciner avec les effets secondaires que l’on connait pertinemment.

C’est donc non pas une vaccination altruiste comme on vous l’explique.

C’est une décision cynique de santé publique ou pour sauver des vieux soixante-huitard, on rend malade des jeunes… Vous conviendrez qu’il est tout de même assez logique de débattre de la question et de poser la question aussi de cette façon-là.

Doit-on, pour sauver des vieux, rendre des jeunes malades ?

Sacrée question de philosophie sociale n’est-ce pas.

Les vieux qui dirigent ont répondu à cette question en fonction de leurs intérêts de classe… d’âge !

Et combien de doses faudra-t-il imposer ?

Combien d’inflammations cardiaques devra-t-on accepter pour prolonger la vie de seniors quelques mois encore ?

La politique du tout vaccinal est donc probablement vouée à l’échec, parce qu’il y a de vrais effets secondaires, parce qu’il y a une vraie question d’acceptabilité sociale des futures doses de « rappel », parce que la couverture est peu durable, parce que le virus mute, parce qu’il échappe de plus en plus aux vaccins, parce que le reste du monde, lui n’est toujours pas vacciné, parce que l’on reste quand même contagieux vacciné (mais nettement moins officiellement et à ce jour), parce qu’en Israël on évoque déjà la 4ème dose, parce que des médicaments arrivent et qu’il y a et qu’il y aura encore plus d’alternatives etc, etc…

Rester prudent et modeste !

Alors cette information en provenance de Suède, montre juste, qu’il faut rester prudent et modeste.

Qu’il ne faut pas avoir de jugement à l’emporte pièce.

Qu’il ne faut pas se laisser hurler dessus par les « vaccinistes » et tous ceux qui veulent imposer le silence et l’arrêt de la réflexion.

Il faut réfléchir.

Toujours.

Douter.

Tout le temps.

Questionner.

Interroger.

Et toujours penser et raisonner.

Si le vaccin ne fonctionne pas, quelles qu’en soient les raisons, quel serait notre plan B ? Quelles seraient nos alternatives ?

Comment soigner au mieux, prendre en charge nos malades, limiter la contagion etc…?

Et enfin comment faire cela sans renier notre démocratie, nos droits, nos libertés.

Allez, hauts les cœurs mes amis.

Les illusions, les hypnoses collectives ou les délires de groupe prennent toujours fin un jour.

Comme le disait Henry Fresnay, « La nuit finira ».

Elle se termine toujours.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

 


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.