Tarification minimum : les chauffeurs VTC lèvent la grève

4,50 euros
Selon les syndicats de VTC, leurs chauffeurs gagnent 4,50 euros de
l'heure.

Satisfaits de leur audience au ministère des Transports au sujet de la mise en place d’une tarification minimum, les syndicats de VTC ont décidé de lever leur grève entamée le matin du 17 février 2018.

VTC : bientôt un minimum de 12 euros la course ?

« Aujourd'hui en France, aucun travailleur, qu'il soit indépendant ou salarié, ne gagne 4,50 euros de l'heure. Les VTC ne sont pas des sous-travailleurs. Ils doivent se faire respecter et avoir un travail valorisé », lançait le syndicat CFDT VTC/Loti dans son appel à la grève du 17 février 2018. L'Union des VTC, qui regroupe notamment les CFDT-VTC/Loti et FO, réclame la mise en place d’une tarification minimum, à savoir 12 euros minimum la course, 2 euros la prise en charge, 1,50 euros le kilomètre et 50 centimes minimum la minute.

Reçus par un conseiller d’Elisabeth Borne, la ministre des Transports, les syndicats se sont à nouveau fait promettre le lancement d’une réflexion ministérielle sur le sujet de la tarification minimum, auquel s’ajoute aussi, depuis peu, celui de l’encadrement du temps de travail.

La tarification minimum, une exigence ancienne des VTC

Les revendications des VTC pour la mise en place d’une tarification minimum ne sont pas nouvelles, mais jusqu’ici, elles sont restées lettre morte. Après la première promesse, faite en mars 2017 par Alain Vidalies, le secrétaire d’État chargé des Transports de l’époque, de lancer une réflexion ministérielle sur ce sujet, le gouvernement n’a pas donné suite à ce dossier. Les demandes ultérieures, dont la dernière en date a été faite à Elisabeth Borne début décembre 2017, ont connu le même sort. En l’absence de réponse, les syndicats ont donc organisé une nouvelle grève.

Le 17 février 2018, les syndicats ont appelé « l'ensemble des VTC à se déconnecter de toutes les plateformes et venir se rassembler pacifiquement ». La grève a finalement été peu suivie (400 chauffeurs seulement), mais a néanmoins permis aux VTC de faire entendre leur voix. Le gouvernement, sera-t-il au rendez-vous ? Affaire à suivre…


A découvrir