TikTok : Oracle remporte la mise face à Microsoft

41 %
41% des utilisateurs de TikTok ont entre 16 et 24 ans.

Le feuilleton économique de l'été devrait bientôt se terminer : ByteDance, développeur chinois de l'application TikTok, a enfin dévoilé qui allait racheter ses activités nord-américaines après les menaces de bannissement de la part de Donald Trump. Et contre toute attente, ce n'est pas Microsoft qui remporte la bataille.

Oracle va racheter TikTok… plus ou moins

Donald Trump avait annoncé durant l'été 2020 qu'il interdirait l'application TikTok, développée par la licorne chinoise ByteDance, dès le 20 septembre 2020 si cette dernière n'était pas vendue à une entreprise américaine, au moins pour ce qui est des activités nord-américaines. C'était le nouveau chapitre de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine qui s'ouvrait, sur fond d'accusations d'espionnage.

Dès le départ, le géant Microsoft s'était dit intéressé par le rachat : le groupe espérait ainsi faire son entrée dans le monde des réseaux sociaux pour les jeunes, Microsoft détenant déjà LinkedIn, le premier réseau social professionnel. Mais, rapidement, d'autres entreprises se sont dites intéressées : parmi celles-ci, Twitter, qui a dû abandonner faute d'argent suffisant, et Oracle.

Malgré un accord passé entre Microsoft et le leader mondial de la grande distribution Walmart pour proposer une offre d'achat conséquente, la rumeur parlait d'une cession au prix compris entre 20 et 30 milliards de dollars, ce serait finalement Oracle qui aurait été choisi.

Un « partenariat technologique privilégié » entre Oracle et ByteDance ?

Les termes de l'accord n'ont pas encore été dévoilés, ni le prix déboursé par Oracle, mais Microsoft a publié, dimanche 13 septembre 2020, un communiqué annonçant que son offre n'a pas été retenue par ByteDance. Oracle était donc le dernier en lice.

Le rachat n'en serait toutefois pas un : TikTok n'aurait pas été cédée mais ferait l'objet d'un « partenariat technologique privilégié », sans plus de précisions. Une option qui est peut-être liée à la décision du gouvernement chinois de contrecarrer les plans de Donald Trump en resserrant la vis sur les cessions de technologies liées à l'Intelligence Artificielle de la part d'entreprises chinoises. L'algorithme de TikTok pouvant être considéré comme entrant dans le domaine de l'IA, voilà qui a pu changer la donne.

Mais certains experts se demandent si ce partenariat, dont les termes n'ont pas été dévoilés, pourrait suffire à contourner l'ultimatum de l'administration Trump. Cette dernière voulait qu'une entreprise américaine récupère l'intégralité de l'application afin d'empêcher l'espionnage supposé de la Chine. Si l'opération n'est pas un rachat en bonne et due forme, Oracle et ByteDance vont devoir présenter des garanties solides sur la sécurité des données des Américains.


A découvrir