Aucun gouvernement ne sauvera la France sans augmenter le temps de travail

Lundi 03 juin 2024, Manon Aubry confirme que LFI propose bien la retraite à 60 ans ! Les deux partis extrêmes sont sur la même longueur d’onde pour attirer un maximum d’électeurs populaires, d’ouvriers, salariés. Pour le FN c’est maintenant un peu plus flou et le sujet n’est plus abordé ou très timidement.

Sur ce sujet, beaucoup d’économistes, de personnalités, des Instituts, l’OCDE, commencent à comprendre que le dérapage constant de la France depuis les années 1980, sa désindustrialisation, les délocalisations et même le manque de personnel actuellement…, provient de la baisse des temps de travail et d’activité.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Daniel Moinier Publié le 10 juin 2024 à 8h00
37.600 eurosLa France est passée de la 8ème à la 11ème place des pays européens avec 37.600 euros de PIB par habitant.

François Langlet répète encore ce jour, que la France ne pourra s’en sortir, même avec le plan de restrictions des dépenses de 10 milliards d’euros proposé par le gouvernement et notamment Bruno Lemaire. Car devant tous les changements mondiaux qui sont arrivés : Changement climatique, guerre en Ukraine, à Gaza, baisse de la productivité européenne, baisse de la population active, il va falloir trouver des centaines de milliards supplémentaires rien que pour rester au même niveau qu’actuellement, avec un déficit constant.

Des personnalités influentes, tel Jean-Pascal Beaufret ex-très haut fonctionnaire a lancé une bombe dans les Echos : Les comptes de la Sécurité Sociale sont bien plus dégradés qu’annoncés pour le régime des fonctionnaires présenté comme toujours équilibré. Seule une contribution massive du budget de l’État (sous forme de sur-cotisations) le permet par ce mensonge répété. Ce déséquilibre dû aux faibles horaires de travail, des départs très précoces en retraite, coûte toutes charges comprises, la bagatelle de 70.000 euros par an par salarié, contre 48.000 euros pour un salarié du privé. Ce qui est grave, c'est que le COR (Conseil d’Orientation des Retraites) depuis sa création en 2000 ait toujours indiqué que ce système de retraite était toujours en équilibre ou au pire assez proche !

Il en est de même pour les retraites du privé, le COR ayant annoncé depuis très longtemps des équilibres ou de faibles pertes simplement parce qu’il faisait des propositions (3) en tenant compte d’un niveau de PIB presque toujours surévalué. J’avais moi-même, en tant que participant, proposé des calculs plus justes, sans être écouté !

En Europe, la France qui occupait encore un classement honorable il y a encore une décennie, a fortement reculé passant de la 8ème à la 11ème place avec 37.600 euros de PIB par habitant pour 39.200 dans la zone euro.

Alors que la France pèse pour 1 % de la population de la planète, nous sommes au 7e rang mondial en PIB... mais qu’en est-il pour son PIB par habitant et ses perspectives d’avenir ?

Au niveau mondial en trente ans, la France a subi un déclassement économique sans précédent. Elle était 13ème devant les États-Unis, 19ème en 2005 et 25ème en 2023.

Daniel Moinier France Economie
La France en rouge

Les 25 premiers mondiaux : Luxembourg, Irlande, Norvège, Suisse, Singapour, Qatar, USA, Islande, Danemark, Australie, Pays-Bas, Autriche, Israël, Suède, Finlande, Belgique, San Marin, Canada, Hong Kong, Allemagne, Macao, UAE (Union Arabe-Emirates), Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, France.

Daniel Moinier France Economie Classement Pib Habitant

Au total, depuis une quarantaine d'années, la France présente un déficit annuel moyen de croissance du PIB par habitant de 0,4 point par rapport aux pays de l'OCDE, lié à la démographie à hauteur de 0,1 point et au taux d'emploi (taux d'activité et taux de chômage) à hauteur de 0,2 point. Sur l'ensemble de la période, la contribution de la productivité par tête au déficit de croissance est globalement nulle.

POURQUOI UN TEL DÉCLASSEMENT ?

Les intérêts de la dette qui augmentent (encore plus avec l’inflation) : 50 Mds, risquant de passer à 70 Mds d’euros.

Les trois défis :

La décarbonisation (crise climatique) : 60 Mds par an.

Le réarmement : 10 Mds par an.

La démographie : Une augmentation constante des dépenses sociales, vieillesse, santé, moins de rentrées, moins d’heures travaillées, moins d’actifs.  (Moins de naissances, moins de décès)

L’Europe subit aussi le même processus :

Population en baisse : 270.000 en 2011, 261.000 en 2023

Elle perdra au minimum 1 million d’habitant par année. L’Allemagne, l’Italie ayant de loin le plus faible taux de natalité.

Pour contrer immédiatement les pertes dues à la dénatalité et au vieillissement, il suffit d’augmenter les temps de travail et d’activité pour compenser immédiatement le manque d’heures travaillées et surtout payées, surtout en France mais aussi en Europe.

www.danielmoinier.fr

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C. Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.

Suivez-nous sur Google News Economie Matin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Aucun gouvernement ne sauvera la France sans augmenter le temps de travail»

Laisser un commentaire

* Champs requis