4G : Combien ont dépensé les opérateurs pour déployer leur réseau ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Rédaction Modifié le 12 décembre 2013 à 10h51

La 4G est le sujet de cette fin d’année. Les annonces des opérateurs foisonnent et la lutte des prix a été relancée de plus belles avec Bouygues Telecom et Free qui mettent les bâtons entre les roues d’Orange et SFR.

Mais combien les opérateurs ont investi réellement pour apporter le très haut débit mobile à leurs clients ? l’Arcep nous répond.

Le prix des licences, le premier investissement réalisé

En France, comme dans le reste du monde, pour qu’un opérateur puisse bénéficier d’un réseau et offrir ses services à ses abonnés mobiles, il lui faut acheter des licences. Pour la 4G, les enchères ont été réalisées en 2011 par l’Arcep, le régulateur des Télécoms.

On remarque alors que SFR et Orange ont été les opérateurs à avoir dépensé le plus : 1,2 milliard d’euros chacun. Bouygues aura dépensé un peu moins : seulement 900 millions d’euros.

Mais c’est Free qui a le moins payé la possibilité de donner la 4G à ses clients : l’opérateur low-cost n’aura déboursé que 300 millions d’euros, soit 4 fois moins qu’Orange. Pas étonnant puisque les fréquences achetées sont les moins puissantes. Une économie qui risque de se retourner contre la société.

Le déploiement des antennes coûte cher

Après avoir obtenu les licences, les opérateurs doivent alors déployer les antennes capables de créer une couverture réseau pour les usagers. Et c’est là la dépense la plus importante. Et c’est surtout là que les différences entre les opérateurs sont flagrantes.

Orange prend radicalement la tête des investissements avec 2,7 milliards d’euros dépensés pour déployer son réseau. SFR lui emboîte le pas avec des investissements estimés à 2,1 milliards d’euros.

Bouygues Telecom, de son côté, grâce à l’obtention d’utiliser la fréquence de 800Mhz pour la 4G, fréquence pour laquelle l’opérateur avait déjà un réseau, n’aura eu besoin que de 900 millions d’euros pour couvrir la population française.

Free, de son côté, grâce à des prix bas négociés par Nokia pour les antennes 4G, n’a dépensé pour l’instant que 900 millions d’euros. Mais l’opérateur low-cost risque de devoir déployer 3 fois plus d’antennes que ses concurrents à cause des fréquences qu’il a achetées et payées si peu cher.

Laisser un commentaire

* Champs requis