Rachat d’ARM par Nvidia : échec et clap de fin

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 8 février 2022 à 15h59
Electronique Nouvelles Technologies Entreprises Production Amelioration Competitivite
2,4 MILLIARDS $En 2021, le résultat net de Nvidia s'était établi à 2,4 milliards de dollars.

Le géant des processeurs ne se fera pas, en tout cas pour l’instant : le rachat du fondeur ARM par le spécialiste des cartes graphiques Nvidia s’est heurté aux régulateurs qui craignaient pour la concurrence. Selon les informations du Financial Times du 8 février 2022, le rachat ne se ferait plus, Softbank ayant finalement d’autres projets pour le fleuron britannique.

Nvidia ne rachètera pas ARM

Annoncé en septembre 2020, le rachat d’ARM par Nvidia semblait lancer une nouvelle tendance : la consolidation du secteur des micro-processeurs sur fond de début de pénuries massives dans le monde entier à la suite de la Covid-19. D’autant plus que Nvidia, spécialisée dans les cartes graphiques, avait mis la main au portefeuille : le rachat avait été annoncé pour 40 milliards de dollars.

Depuis, toutefois, le deal entre Nvidia et SoftBank, propriétaire d’ARM, avait augmenté en prix : une partie de l’achat devait être payée en actions Nvidia dont le cours a explosé. Début 2022, le prix du rachat avait donc augmenté, passant de 40 à 66 milliards de dollars. Mais ce n’est pas le problème auquel s’est heurtée l’opération.

Si Nvidia et SoftBank renoncent à l’opération, c’est à cause des régulateurs et de la concurrence.

Craintes pour la concurrence dans les semi-conducteurs

Mardi 8 février 2022, selon les informations du Financial Times, Nvidia et SoftBank auraient tout simplement abandonné le projet. Les autorités de la concurrence américaine, britannique et européenne auraient en effet émis de nombreuses inquiétudes concernant le risque de nuisance à la concurrence dans le secteur des processeurs et des semi-conducteurs. Un secteur stratégique mais, surtout, en proie à des pénuries massives depuis fin 2020 et dont la durée se prolonge.

L’inquiétude était également partagée par de nombreux géants de la tech, dont Qualcomm et Microsoft, qui utilisent la technologie et les processeurs d’ARM pour leurs produits.

ARM introduite en bourse par SoftBank ?

Si le dossier n’aura pas eu la conclusion espérée par les deux entreprises, SoftBank aurait d’ores-et-déjà prévu la suite des événements : selon les sources du Financial Times, le groupe japonais compterait faire d’ARM une entreprise à part et l’introduire en Bourse, à Wall Street, durant l’année 2022. Un projet qui n’a, à ce jour, aucune date concrète et devra être confirmé.

En attendant, SoftBank pourra se consoler avec le chèque de 1,25 milliard de dollars que lui fera Nvidia pour rompre le contrat de cession signé entre les deux parties.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Rachat d’ARM par Nvidia : échec et clap de fin»

Laisser un commentaire

* Champs requis