Carte d’identité, passeport : l’État va investir pour rattraper le retard

Par Cédric Bonnefoy Modifié le 4 mai 2022 à 15h15
Carte Identite Retard Passeport
18%Au cours de la crise sanitaire, les demandes de carte nationale d'identité ont baissé de 18% en France.

C’est l’une des conséquences de la crise sanitaire, les délais pour obtenir une carte d’identité ou un passeport explosent. Pour rattraper le retard, l’État va investir.

Deux mois pour obtenir des papiers d’identité

Si vous avez besoin de documents d’identité, carte ou passeport, mieux vaut s’y prendre à l’avance en ce moment. Depuis la pandémie, les délais pour récupérer le précieux sésame sont en augmentation. De 2 à 3 semaines à plus de 2 mois désormais. Depuis l’été 2021 et l’assouplissement des restrictions sanitaires dans le monde, les demandes pour obtenir des papiers d’identité ont fortement augmenté dans le pays.

Si bien que l’administration n’arrive plus à suivre, le retard s’accumule. Pour tenter de le résorber l’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS) va bénéficier de moyens supplémentaires. En clair, l’État va débloquer de l’argent. Il sera fléché vers le recrutement, une hausse de 30% des effectifs dédiés à cette question dans les préfectures. Un dispositif de recueil de demandes est en cours de mise en place dans 400 mairies françaises volontaires. Objectif annoncé : rattraper le retard pris d’ici l’été.

Rattrapage sur les demandes

Cette annonce est en adéquation avec la situation observée sur le terrain, dans les préfectures ou sous-préfectures. Les services croulent sous les demandes. Au plus fort de la pandémie, les demandes de passeport ont chuté de 38% selon l’ANTS, 18% pour les cartes nationales d’identité (CNI).

En plus du retard pris pendant la crise sanitaire, il y a donc un effet de rattrapage des demandes pour les CNI ou les passeports. L’ANTS observe une hausse des demandes qui n’ont pas été effectuées en 2020-2021. Elle estime qu’un million de CNI n’auraient pas été renouvelées sur cette période, de quoi laisser présager une forte demande dans les semaines qui viennent.

Cédric Bonnefoy est journaliste.

Laisser un commentaire

* Champs requis