La croissance de la Chine risque de n’être bientôt qu’un souvenir

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par JOL Press Publié le 16 octobre 2013 à 12h32

Les analyses divergent sur la capacité de la Chine à maintenir son taux de croissance à un niveau élevé. Cette officialisation de la baisse prononcée de l’excédent commercial du pays est l’occasion de faire un point sur les menaces qui peuvent peser sur la poursuite du développement économique de l’empire du Milieu.

Chute surprise de l’excédent commercial

Les chiffres sont tombés samedi. Alors que la Chine enregistrait en août un excédent commercial de 28,6 milliards de dollars, ce dernier ne sera « que » de 15,2 milliards en septembre, soit une baisse de 45 %.

Du côté des analystes interrogés par l’agence Dow Jones Newswires, on tablait en moyenne sur un excédent de 27 milliards de dollars.

Les exportations ont clairement marqué le pas puisqu’elles ont reculé de 0,3 % sur un an, à 185,64 milliards de dollars. Les analystes s’attendaient à une hausse légèrement supérieure à 5 %. À titre de comparaison, elles avaient enregistré une hausse de 7,2 % en août.

Sur un an, les importations sont en hausse de 7,4 %, à 170,44 milliards de dollars. Encore une fois, les chiffres diffèrent fortement des estimations des experts.

Pour expliquer ce fait, plusieurs éléments conjoncturels sont à prendre en compte, comme la présence de jours de congé cette année à la mi-septembre. Le renforcement du yuan a également indéniablement contribué aux mauvais chiffres des exportations.

Des chiffres positifs sur les neuf premiers mois de l’année

Sur les trois premiers trimestres de l’année, les exportations sont en hausse de 8 % par rapport à la même période l’année précédente, à 1 610 milliards de dollars. Les importations ont augmenté de 7,3 %, à 1 450 milliards de dollars, sur cette même période.

La chute de l’excédent commercial en septembre ne doit pas faire oublier que la Chine a tout de même enregistré 169,4 milliards d’excédent commercial depuis le début de l’année, soit une hausse de 14,4 % sur un an.

Les chiffres de la croissance chinoise sont relativement rassurants. L’annonce du ralentissement de la croissance de l'économie au deuxième trimestre, à 7,5 %, avait dans un premier temps poussé à l’inquiétude. Mais suite à cela, Pékin a mis en place des « mesures d’ajustement » qui semblent avoir porté leurs fruits puisque les chiffres révélés depuis se sont avérés dans l’ensemble positifs.

Quid de la croissance chinoise à long terme ?

Plusieurs éléments n’incitent guère à l’optimisme quant à la croissance chinoise à long terme.

C’est le cas notamment de la forte hausse des coûts salariaux. Depuis le début des années 2000, dans l’industrie, les coûts salariaux augmentent de 8 à 10 % chaque année. Cela entraîne évidemment une hausse des coûts unitaires de production, ce qui tend à réduire la compétitivité de la Chine pour rapport à d’autres pays à bas salaires.

Cette tendance à la hausse des salaires devrait se poursuivre les prochaines années, si bien que de nombreuses entreprises succombent à la tentation de délocaliser vers des pays où les salaires sont encore plus faibles.

Il serait cependant faux de penser que les hausses de salaire sont à imputer uniquement à un gouvernement qui plierait face aux mouvements sociaux et aux revendications. Elles correspondent en réalité également à une volonté politique forte : celle de recentrer la croissance sur la consommation (qui correspond actuellement à un peu plus d’un tiers du PIB). Et ce afin notamment de réduire la dépendance aux exportations.

Mais le problème est que le scénario imaginé par le gouvernement chinois (hausse des salaires, hausse de la consommation, recentrage de la croissance sur la demande intérieure) ne se retrouve pas dans les faits. En réalité, la consommation n’augmente que très faiblement, du fait d'un maintien du taux d’épargne des Chinois à un niveau élevé. Cela s’explique, en partie, par la faiblesse du système de sécurité sociale. Les Chinois préfèrent mettre de l’argent de côté en cas de problème (santé, licenciement…) puisqu’ils savent qu’ils ne pourront pas vraiment compter sur l’Etat pour les aider. In fine, la consommation des ménages augmente à un rythme inférieur au PIB.

D’autres éléments peuvent également inquiéter. On peut se demander par exemple si la Chine pourra maintenir sa monnaie au niveau qui est le sien actuellement, tant le yuan semble encore sous-évalué. La montée en gamme qui a été effectuée depuis plusieurs années marque le pas également.

Enfin, autre élément loin d’être négligeable : avec la politique de l’enfant unique, la Chine doit s’attendre à un vieillissement de sa population, ce qui pourrait entraver encore davantage le maintien de sa croissance à un niveau élevé.

Plus d'articles sur JOL Press

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Le site JOL-Press édité par la Société JOL-Press Editions est un site d'information qui propose aux internautes "un autre regard sur le monde". Dans une approche décloisonnée et internationale, JOL-Press apporte son savoir-faire au service de l’information, qu’elle soit médiatique, communautaire ou institutionnelle, en utilisant toutes les possibilités numériques, avec pour seule priorité, la qualité des contenus.

Aucun commentaire à «La croissance de la Chine risque de n’être bientôt qu’un souvenir»

Laisser un commentaire

* Champs requis