Mobilité : en Ile-de-France, le covoiturage Karos devient gratuit

Par Anton Kunin Modifié le 19 juillet 2017 à 15h03
Voiture Campagne Deplacements Mobilite Covoiturage
12 millions12 millions de personnes (soit 1 Français sur 5,5) vivent en Ile-de-France.

Tous les habitants d’Ile-de-France détenteurs d’un Passe Navigo en cours de validité peuvent désormais utiliser le service de covoiturage à courte distance Karos gratuitement. Les trajets sont pris en charge par la start-up sur fonds propres.

Face à l’insuffisance de transports en commun, Karos ambitionne de désenclaver l’Ile-de-France

L’Ile-de-France a beau être la région qui accueille la capitale française, l’immense agglomération souffre toujours d’une desserte insuffisante par les transports en commun. Cela est particulièrement vrai dans les communes rurales de grande couronne, où le bus passe à peine plusieurs fois par jour voire pas du tout. C’est en partant de ce constat qu’Olivier Binet a fondé la start-up Karos, qui se positionne comme le spécialiste du covoiturage à courte distance, surtout pour relier le domicile/le lieu de travail à la gare la plus proche. Afin de familiariser le plus grand nombre à son concept, la start-up offre désormais à tous les détenteurs d’un Passe Navigo résidant en Ile-de-France deux trajets par jour maximum, entièrement pris en charge par la start-up sur fonds propres. Aucune date butoir n’a été donnée pour cette prise en charge : Karos nous affirme qu’il continuera de le faire tant qu’il en a les moyens.

Les trajets de banlieue à banlieue, un pactole pour Karos

Cette offre fait suite à l’opération Le Printemps du Covoiturage, dans le cadre de laquelle le Département de l’Essonne a pris en charge pendant trois mois les trajets quotidiens des Essonnais. Dans ce département d’Ile-de-France, le réseau Karos a couvert 83 % de la population, répartis sur 85 communes différentes, soit 310 000 personnes. 1 600 Essonnais ont franchi le pas, en effectuant 11 000 trajets en trois mois. Le coût moyen d’un tel déplacement était de 1,80 euro par passager et par trajet (18 km), le coût maximum jamais enregistré étant de 3,50 euros (35 kilomètres).

Selon Olivier Binet, les trajets « intermodaux » (dont une partie se fait en covoiturage et l’autre en transports en commun) représentent 40 % des trajets de Karos. Par ailleurs, le service est très utilisé pour des trajets de banlieue à banlieue, en raison d’un gain de temps très important… en attendant l’arrivée de nouvelles lignes de train et de tram de banlieue à banlieue et surtout du Grand Paris Express, dont la mise en service progressive est prévue entre 2022 et 2024.

Laisser un commentaire

* Champs requis