Cryptomonnaies : le vrai du faux

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Bill Bonner Modifié le 21 novembre 2022 à 18h51
Bitcoin Minage Chine 1
51000 EUROSLe bitcoin a atteint une valeur record de plus de 51.000 euros en avril 2021.

Que sont exactement les cryptos, à quoi servent-elles… et quelle confiance accorder à la richesse qu’elles ont engendrée ? Est-elle réelle ou bien n’est-ce qu’un effet des largesses de la Fed ?

Nous continuons à explorer l’idée de « vérité ».

Qu’en est-il des cryptos ?

Qu’est-ce qui est vrai en ce qui les concerne ? Qu’est-ce qui est faux ?

Au début, les cryptos ont été considérées comme de nouvelles formes de monnaie. Ensuite, elles sont devenues des « actifs » – une toute nouvelle « classe d’actifs » qui enrichissait les gens.

Voilà maintenant que les crypto-richesses se répandent dans le monde réel des maisons, des yachts, des mariages et des études.

Notre conseil aux crypto-millionnaires, qui sera suivi d’un examen plus approfondi : soldez vos positions tant que tout va bien.

Découverte permanente

Si seulement nous avions accès à la VDUAC – la Vérité Divine Ultime, Absolue et Complète !

Nous n’aurions pas à nous poser de questions. Nous n’aurions pas besoin d’attendre que le libre-échange, les libres penseurs et les peuples libres fassent part de leur jugement.

Les marchés ne savent jamais rien. Ils se contentent d’avancer à tâtons… toujours en découvrant. Ils ne « fixent » jamais les prix.

A la place, des milliers, des millions de vendeurs et d’acheteurs se réunissent ; l’un vend, l’autre achète… et, ensemble, ils arrivent à un prix qui permet de conclure la transaction.

Les prix grimperont-ils ensuite ? Ou bien baisseront-ils ?

Personne ne le sait.

Escroquerie nationale

Apparemment, la SEC croit si fermement au libre-échange qu’il est illégal de chercher à y attenter. Essayez de manipuler les prix et vous irez en prison.

Pourtant, les plus grands manipulateurs au monde s’en sont tiré sans encombre pendant des années. Et lorsque le pot aux roses a été découvert, c’est tout juste si la presse en a parlé.

Un petit article dans le Financial Times il y a une semaine :

« Deux responsables de la Réserve fédérale ont déclaré qu’ils vendraient leurs portefeuilles d’actions d’ici la fin du mois, après avoir fait l’objet d’un examen minutieux pour avoir investi et négocié pendant une année où la banque centrale américaine a pris des mesures extraordinaires de soutien aux marchés financiers.

Robert Kaplan et Eric Rosengren, respectivement présidents des Fed de Dallas et de Boston, ont confirmé qu’ils conserveraient le produit des ventes d’actions en espèces, ou l’investiraient dans des fonds indiciels diversifiés… »

Aucune institution n’a autant d’effet sur les prix des actions que la Fed.

Apparemment, des gouverneurs de la Fed ont gagné des millions grâce à leurs connaissances d’initiés. Seront-ils poursuivis ? Soumis à enquête ? Déshonorés ?

C’est peu probable. Les élites se soutiennent entre elles.

Sans l’appui de la Fed, les actions seraient peut-être à la moitié seulement de leurs cours actuels.

En route vers la stratosphère

Ce sont les cryptos que nous examinons aujourd’hui, cependant. Qu’est-ce que la Fed a fait pour elles ces derniers temps ?

Plus précisément, le marché galopant des cryptos signale-t-il qu’un nouveau secteur dynamique – comme les automobiles en 1920 – est en train de prendre forme ? Ou n’est-ce qu’une nouvelle caractéristique de la bulle de la Fed ?

Les cryptomonnaies étaient une idée nouvelle au début des années 2000. Une idée farfelue que peu de gens comprenaient… rendue populaire par un homme que jamais personne n’a rencontré – Satoshi Nakamoto.

Et puis… les cryptos se sont envolées.

Des gens ont arrêté leurs études pour les acheter, les vendre, les créer… et s’enrichir grâce à elles.

D’abord, ils jouaient simplement entre eux. Mais à mesure que les joueurs affluaient dans le casino, le prix des jetons a augmenté. Satoshi est devenu célèbre.

Tandis que les piles de jetons augmentaient, les gens ont commencé à se demander comment ils seraient encaissés. Le Wall Street Journal a répondu à cette question lundi dernier…

« Des bitcoins aux dollars : les amateurs de cryptos empruntent pour acheter des maisons, des voitures – et encore plus de cryptos.

Les amateurs de cryptomonnaies […] utilisent leurs avoirs pour acheter des maisons, des voitures et, souvent, d’autres cryptomonnaies. Ils obtiennent ces prêts auprès de nouveaux prêteurs non-bancaires et de plateformes automatisées basées sur la blockchain.

Comme les banques, ces prêteurs prennent généralement des dépôts. Contrairement aux banques, leurs dépôts prennent la forme de cryptomonnaies. Les dépôts en cryptos – qui rapportent des taux d’intérêt supérieurs à la moyenne – sont utilisés pour financer des prêts à des emprunteurs qui versent des cryptos en garantie.

Ces prêts peuvent prendre plusieurs formes. Les emprunteurs peuvent obtenir des dollars ou d’autres monnaies traditionnelles, ou des stablecoins rattachés à celles-ci, selon le prêteur avec lequel ils travaillent.

Ce secteur est en pleine expansion. Un groupe de prêteurs de crypto a 25 Mds$ de prêts en cours à des clients individuels et institutionnels, contre 1,4 Md$ il y a un an, selon Messari, un cabinet de recherche en cryptomonnaies. »

L’un des prêteurs vante un taux d’intérêt de 6% pour quiconque déposera des bitcoins.

Les banques normales, de leur côté, ne paient qu’1% environ.

Que se passe-t-il ? A-t-on affaire à tout un univers financier alternatif, avec ses propres règles et ses propres taux ? Ou quoi ?

Avec les cryptos comme avec tout le reste – du sourire d’une femme jusqu’à une attaque de drones – la vérité n’est pas toujours ce qu’elle semble.

Pour plus d'informations et de conseils de ce genre, c'est ici et c'est gratuit

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Fondateur et président d'Agora Inc., une maison d'édition publiant des lettres d'information financières pour les investisseurs particuliers.

Aucun commentaire à «Cryptomonnaies : le vrai du faux»

Laisser un commentaire

* Champs requis