L’année 2014 doit se placer sous le signe de l’efficacité énergétique

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Christophe Fevrier Modifié le 29 novembre 2022 à 10h11

En matière d’énergie, 2014 sera l’année de l’efficacité énergétique. Les Français vont se voir proposer des solutions pour diminuer leur facture énergétique. Pour la France, cette diminution est essentielle. Agir sur la consommation énergétique du pays, c’est en tout premier lieu soulager la balance commerciale. N’oublions pas qu’en 2012, près de 70 milliards d’euros ont quitté la France pour s’acquitter de notre facture d’hydrocarbure. Dans le contexte économique qui est le nôtre, réduire cette dépense ne peut qu’être positif.

De manière directe, réduire la facture énergétique permet également aux entreprises d’accroitre leur compétitivité et donc protéger les emplois qui en dépendent. Quant aux ménages, diminuer la consommation énergétique libère du revenu disponible et, donc, accroit le pouvoir d’achat.

Indépendance énergétique, compétitivité, pouvoir d’achat, emplois locaux à forte valeur ajoutée, telles sont les 4 retombées de l’efficacité énergétique. Mais pour en bénéficier, la France et les Français doivent relever le défi de la rénovation du parc immobilier. En effet, alors que le secteur du bâtiment représente près de la moitié de la consommation énergétique nationale [1] le renouvellement du parc immobilier est tellement lent que 75 % des bâtiments qui le composeront en 2050 sont d’ores et déjà construits.

Nous n’avons donc pas le choix, nous devons rénover la France à marche forcée.

Cet impératif est d’autant plus essentiel que près de 20% de nos concitoyens consacrent 15 % de leur revenu au paiement de leurs factures d’énergie. Les Sociétés de Services en Efficacité Energétique ont alors un vrai devoir de responsabilité. Elles se doivent d’apporter des solutions aux familles qui dans ce contexte décident de ne pas se chauffer. 15 degrés dans une maison en hiver, ce n’est pas tenable.

Répondre à ce défi nécessite de créer de nouvelles solutions. Elles devront apporter aux particuliers, entreprises et collectivités toutes les informations en un seul point. « Isoler sa maison avec de la laine de roche ? C’est quoi ? Ça coûte combien, ça prend combien de temps ? C’est efficace ? » Voilà les questions auxquelles il faut répondre simplement.

Chaque acteur doit pouvoir bénéficier de solutions d’accompagnement globales afin d’optimiser, à toutes les échelles, les démarches d’efficacité énergétique.

Pour rénover le logement d’un particulier, il est également essentiel de construire un lien de confiance avec ce dernier. Cette confiance ne se fera qu’avec des actions de rénovation efficaces, rentables et de qualité. Lorsqu’un particulier constate qu’isoler sa toiture lui fait économiser 30 % sur sa facture, il est confiant à l’idée d’entreprendre d’autres actions.

Pour ce faire, des matériaux et équipements hautement performants existent d’ores et déjà. La balle est donc dans le camp des professionnels du bâtiment. Ils doivent se former pour monter en compétence. C’est là tout l’enjeu de l’éco-conditionnalité et de la mention « Reconnu Garant de l’Environnement » (RGE). Celle-ci assure au particulier que l’artisan qui travaille chez lui a reçu les meilleures formations pour y accomplir les meilleures installations.

Pour l’artisan, cette mention RGE est la garantie de continuer à travailler sur des chantiers de rénovation énergétique. En effet, d’ici la fin de l’année 2014, les artisans ne pourront faire bénéficier à leurs clients des dispositifs d’aides publiques qu’à la condition de posséder cette mention RGE. Aujourd’hui des solutions existent, a titre d'exemple, les négoces en matériaux proposent aux artisans de se former en 3 jours à ces techniques dans un point de vente proche de chez eux. [2]

Pour diminuer la consommation énergétique française, il appartient aux professionnels de l’efficacité énergétique de proposer aux Français des offres globales et de donner accès à toutes les informations nécessaires afin de créer un climat de confiance et inciter chacun à passer à l’acte. Ces offres globales sont l’avenir énergétique de la France.


[1] Le bâtiment constitue le premier secteur consommateur d’énergie avec près de 44 % de l’énergie finale consommée.

[2] Formations FEEBat Modules 1 et 2 permettant d’accéder à la mention RGE

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Christophe Fevrier est président du groupe Les Manufactures Fevrier / GEO PLC.

Aucun commentaire à «L’année 2014 doit se placer sous le signe de l’efficacité énergétique»

Laisser un commentaire

* Champs requis