Espace : vous pourrez envoyer des colis vers la Lune

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 21 septembre 2017 à 10h41
Lune
1300Envoyer une petite MoonBox vers la Lune coûtera plus de 1 300 euros.

À partir de 2019, des entreprises, des gouvernements et des organismes à but non lucratif pourront envoyer pour la première fois des marchandises sur la Lune. Les particuliers aussi pourront envoyer leurs petits colis !

Des "MoonBox" à envoyer

Peregrine Lunar Lander, la première mission lunaire privée et commerciale, devrait entamer son voyage vers la Lune d'ici deux ans. Produit par Astrobotic, le module d’alunissage transportera non seulement du matériel scientifique, marketing et d’exploration, mais également des petites boîtes en forme d’alvéoles appelées DHL MoonBox. Elles permettront à des particuliers d’envoyer dans l’espace des objets.

Telles des capsules temporelles, ces boîtes dont le contenu aura une grande valeur sentimentale pour leurs expéditeurs seront déposées dans un conteneur fermé sur la Lune, après l’alunissage du module.

Ce service aux consommateurs ne représente toutefois que l’un des aspects du projet. « Notre mission lunaire commerciale offre pour la première fois aux institutions et aux pays du monde entier l’opportunité d’atteindre la Lune, à un coût historiquement bas », explique Dan Hendrickson, Vice-président du développement chez Astrobotic. Selon M. Hendrickson, l’alunisseur devrait contenir de nombreuses DHL MoonBox remises par les consommateurs ainsi que 35 kg de chargement à but scientifique et d’exploration pour son premier lancement en 2019.

Un service extraterrestre inédit

Pour Arjan Sissing, Senior Vice President Corporate Brand Marketing du Groupe Deutsche Post DHL, le projet laisse entrevoir de belles perspectives : « Pour DHL, faire partie du premier service logistique spatial commercial est une expérience passionnante et une source d’inspiration : nous participons non seulement à un projet pionnier pour la recherche et la science, mais nous élargissons également notre offre avec la DHL MoonBox, qui constitue notre premier service extraterrestre ».

Les clients peuvent commander dès à présent leur DHL MoonBox sur le site Internet d’Astrobotic. DHL sera chargée de la livraison sortante et du transport jusqu’aux locaux d’Astrobotic à Pittsburgh (États-Unis), où les petits colis seront stockés en lieu sûr jusqu’à la première mission lunaire. En attendant, les expéditeurs recevront des mises à jour régulières sur l’évolution du projet, et ce, jusqu’à l’alunissage. Chaque client recevra en outre une photo de sa DHL MoonBox au moment du chargement dans la capsule de transport. Une diffusion en direct de la mission en 2019 est également envisagée.

Pas de prix astronomiques

Les coûts de transport de la DHL MoonBox ont déjà été fixés, deux ans avant son lancement : le prix d’une boîte hexagonale mesurant environ 1,27 sur 0,31 centimètres sera de 460 dollars US (387 euros). Envoyer une MoonBox carrée de 2,54 sur 2,54 cm pouce coûtera 1 660 dollars (1 340 euros). D’autres tailles sont disponibles sur demande. À la différence des instruments de recherche qui seront déchargés après l’alunissage, les capsules resteront hermétiquement fermées dans l’alunisseur.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis