Fnac : l’accord sur le travail dominical déjà aux oubliettes

Par Olivier Sancerre Modifié le 20 janvier 2016 à 19h16
Shutterstock 296360990
30%Les trois syndicats ayant signé l'accord sur le travail dominical ne représentent que 30% des employés.

Il va être bien difficile pour la Fnac d'ouvrir tous les dimanches de l'année ses enseignes situées dans les zones touristiques internationales (ZTI). Trois syndicats, majoritaires au sein de l'entreprise, ont en effet refusé de signer un accord sur le travail dominical.

La CFGT, la CGC et la CFTC ont signé ce mardi 19 janvier un accord avec la direction du groupe sur le travail dominical. Deux volets ont été acceptés : le premier porte sur les 12 dimanches annuels autorisés par le maire. Les salariés volontaires recevront une majoration de leur rémunération de 100%, avec un repos compensateur.

Majoration

L'autre volet portait sur les 52 dimanches des ZTI. L'accord proposait une majoration de 200% pendant 12 dimanches, puis de 100% pour les 40 autres, le tout sans repos compensateur. La CFDT a estimé que cet accord offrait les garanties essentielles, tout en ménageant à l'employé la possibilité de changer d'avis. Malheureusement pour l'enseigne, les trois syndicats, majoritaires, ont annoncé qu'ils refusaient de signer.

Mort-né

De fait, l'accord est mort-né puisque sans ces signatures, il ne peut pas s'exercer. Si les 12 dimanches du maire seront bel et bien mis en place (ils sont inscrits dans la loi), les 40 autres des ZTI restent donc en suspens. Et la CGT faisant du respect du repos dominical un principe, il y a peu de chance pour qu'un accord soit un jour trouvé, à moins d'un changement de garde.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis