Jean-François Copé saisit la commission des recours de l’UMP

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 22 novembre 2012 à 15h35

[Mise à jour 16h32] Jean-François Copé a décidé de prendre les devants, et a saisi la commission des recours de l'UMP, qui va donc se pencher sur l'ensemble des résultats. A situation exceptionnelle, solution exceptionnelle. Cette commission dont la probité a été mise en doute par le camp filloniste sera adossée à la Cocoe, qui a reconnu que l'ajout des voix oubliées des DOM-TOM aurait "vraisenblablement inversé le cours des résultats lundi soir". Cette super-commission sera présidée par... Alain Juppé, ce que demandait François Fillon.

[Jeudi 03h12] Bientôt un procès au sein même de l'UMP ? La bataille, certains diraient le spectacle, continue. Invité hier soir au JT de 20h de TF1, François Fillon a déclaré deux choses : un, qu'il "renonce à la présidence de l'UMP", deux, que si on ne l'écoute pas, il déposera un recours devant la justice. L'heure serait-elle aux menaces ?

« Je ne revendique pas la présidence de l'UMP, je renonce à la présidence de l'UMP », a t-il dit en insistant sur le résultat très serré du vote, surtout depuis que les 1 304 voix de trois départements d'outre-mer (la Nouvelle-Calédonie, Mayotte et Wallis et Futuna), qui avaient été oubliées par on ne sait quelle négligence, ont été réintégrées dans le calcul. « La présidence de l'UMP ne peut pas reposer sur un mensonge », a expliqué l'ancien Premier ministre, accusant en filigranne son rival Jean-François Copé d'avoir menti et donc triché. Lequel l'accuse à son tour d'avoir triché dans les Alpes-Maritimes. Pour Fillon, il faut demander à un homme, Alain Juppé, « une personnalité incontestable », de constituer une équipe chargée de proposer une sortie de crise.

Et si son idée d'une équipe provisoire pour diriger l'UMP n'est pas retenue, alors il ira « jusqu'au bout », c'est-à-dire « devant la justice »... Et pourquoi pas devant la commission des recours de l'UMP, qui est là pour ça ? Parce qu'il "n'a pas confiance" en elle.

Quelques minutes plus tard, Jean-François Copé, lui-même sur le plateau du JT de France 2, a déclaré : "Je ne peux pas imaginer qu'il puisse aller à de telles extrémités". Ira, ira pas ? La suite au prochain épisode...

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.