Le groupe LR relance le débat sur l'allocation de rentrée scolaire et son utilisation

400 euros
Les familles les plus pauvres bénéficient d'environ 400 euros pour
l'achat de fournitures scolaires de leurs enfants.

Début août 2022, les élus Les Républicains de l’Assemblée nationale ont déposé une proposition de loi pour encadrer l’utilisation de l'allocation de rentrée scolaire afin de « lutter contre la fraude ».

Allocation de rentrée scolaire : « Lutter contre la fraude »

Près d’un an après les propos controversés de l’ancien ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, un groupe de députés LR trouve que l’allocation de rentrée scolaire (ARS) est trop souvent utilisée pour autre chose que du matériel scolaire. Lors de la rentrée 2021, Jean-Michel Blanquer évoquait les détournements de la part des familles bénéficiant de l’ARS. Interrogé sur le sujet, il avait répondu « on sait bien qu’il y a parfois des achats d’écrans plats plus importants au mois de septembre qu’à d’autres moments ».

L’ex-ministre de l’Education nationale n’était pas le seul à croire à ce détournement. « Dans certaines familles, on attend cette prime pour acheter tout sauf des fournitures scolaires », avait notamment déclaré sur RMC Périco Legasse, chroniqueur chez Marianne. Sûrs de ces détournements de l’ARS, les députés LR plaident pour une aide à la rentrée scolaire sous la forme d’un bon d’achat. Cette aide serait conditionnée par la production d’un justificatif scolaire. La proposition de loi des députés LR rendrait également obligatoire la mise à disposition par les communes françaises d’un « trousseau de fournitures » scolaires pour chaque enfant ayant un justificatif.

LR accusés de « stigmatisation »

Face à cette proposition de loi des députés LR, le gouvernement, ainsi que les députés du groupe NUPES se sont opposés vivement à ce projet. Le successeur de Jean-Michel Blanquer à la tête de l’Education nationale, Pap Ndiaye prend une position contraire à celle de son prédécesseur. « À chaque rentrée revient une petite musique sur l’utilisation de l'allocation de rentrée scolaire. Cette aide est nécessaire et juste pour les dépenses de rentrée de plus de 3 millions de familles. Faire peser un soupçon sur son utilisation est infondé et stigmatisant », dénonce-t-il sur son compte Twitter. 

Pour Laurence Rossignol, vice-présidente socialiste du Sénat et ancienne ministre de la famille, il s’agit de la part de la droite, d’un « vieux fantasme des pauvres qui boivent l'argent des allocs ». Pour l’écologiste Sandrine Rousseau, les députés LR remettent « en cause la capacité des parents les plus pauvres à s'occuper de leurs enfants ». Du côté du ministre délégué chargé de la ville, Olivier Klein, « les dépenses 'inutiles' de rentrée scolaire n'existent pas ».


A découvrir