Hausse des salaires : plusieurs grandes entreprises augmentent leurs salariés

Par Cédric Bonnefoy Modifié le 30 septembre 2022 à 11h16
Lvmh Gucci Arnault Kerring Slimane
1.000Dans le privé, les primes peuvent atteindre 1.000 euros pour chaque salarié.

Face à l’inflation, le pouvoir d’achat s’érode. Pour donner un coup de pouce à leurs collaborateurs, plusieurs grandes entreprises décident d’augmenter les salaires de leurs collaborateurs.

Beaucoup de primes dans le privé

Dans ce contexte de hausse des prix, la question des augmentations de salaire revient sur le devant de la scène. Après plusieurs hausses successives du SMIC, les salariés des grandes entreprises françaises voient aussi leur rémunération augmenter. C’est le cas par exemple du géant du luxe LVMH. Le groupe annonce dans un communiqué, le versement d’une prime de 1.000 euros à 1.500 euros pour ceux qui touchent moins de 60.000 euros brut par an soit 27.000 salariés.

La Macif, Bouygues Telecom, Stellantis, la plupart des entreprises du privé accordent une prime à leurs salariés face à la hausse des prix. Parfois, cela ne réussit cependant pas à calmer la colère. Par exemple, au sein du groupe automobile, né de la fusion entre PSA et Fiat-Chrysler, les salariés ont débrayé au lendemain du versement d’une prime allant jusqu’à 1.400 euros.

Dans le public, quelques augmentations de salaire pérennes

Face à une situation sociale délicate, les entreprises publiques ont fait un geste envers leurs salariés. Habitués des primes, ces derniers demandent des hausses pérennes dans le temps. Au sein de La Poste, par exemple, ils ont augmenté les salaires de 1,5% supplémentaire début septembre 2022. Sans parler d’une précédente hausse de 2.5% et du dégel du point d’indice.

La SNCF donne aussi un coup de pouce à ses employés. Elle estime avoir « revalorisé les salaires de près de 6% en moyenne » depuis le début de l’année. Cette hausse est passée par une augmentation de 3.1% des salaires fixes en moyenne au début de l’été. Pour compléter, le personnel a pu bénéficier d’une prime et d’une augmentation de la gratification vacances.

Cédric Bonnefoy est journaliste.

Laisser un commentaire

* Champs requis