Dollar… la chute jusqu’où?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Stéphane Toullieux Modifié le 31 janvier 2018 à 19h27
Dollar 941246 640

L'essentiel de l'information financière semaine du 22 au 29 janvier 2018.

La baisse du dollar aura été le thème de la semaine, l’EUR/USD franchissant même brièvement les 1,25. Il faut dire que les déclarations du secrétaraire au trésor américain Steven Mnuchin auront pour le moins troublé les investisseurs.

Rompant avec la rhétorique de ses prédécesseurs qui prônaient un dollar fort, Steven Mnuchin a déclaré « évidemment un dollar faible est bon pour nous ». Devant le tollé international et l’inquiétude face à une nouvelle guerre des changes, Donald Trump, fraichement arrivé à Davos, est intervenu pour réaffirmer que le dollar devait se renforcer pour stabiliser la devise américaine. Les inquiétudes principales de Davos auront porté sur les menaces sur le libre-échange affichées par les Etats Unis, libre échange encore écorné cette semaine par la mise en place de taxes de 30% sur les panneaux solaires chinois. Pour rester dans un registre financier, un autre grand sujet aura été l’avenir des crypto-devises.

Chaque début de trimestre, notre regard est concentré sur les publications des entreprises. A vendredi, sur les 133 entreprises du S&P 500 qui ont publié leurs résultats, 80% ont affiché des résultats au-dessus des attentes des analystes, un chiffre nettement supérieur à la moyenne historique de 64%. Parmi ces publications US, l’impact des réformes fiscales est au cœur de l’actualité. Grâce au rebond de 0,88% de vendredi, le CAC est stable sur la semaine à 0,05%. Le S&P 500 et le Nasdaq battent à nouveau leurs records à respectivement +2,2% et +2,3% sur la semaine.

Europe

Le climat des affaires s’améliore encore en Allemagne en janvier. L’IFO progresse à 117,6 contre 117,2 en décembre 2017. L’activité de la zone euro reste dynamique en janvier. L’indice Markit Flash Euro Zone Composite progresse à 58,6 contre 58,1 en décembre.

États-Unis

La croissance du PIB ralentit à 2,6% pour le dernier trimestre 2017 contre 3,2% lors du troisième trimestre.

Asie

Le taux de chômage dans les zones urbaines en Chine atteint son plus bas en 15 ans à 3,9%. L’activité manufacturière au Japon est au plus haut depuis 4 ans : l’indice PMI progresse à 54,4 contre 54,0 en décembre.

Sociétés

Avalanche de news et publications cette semaine. Nous avons sélectionné les plus significatives.

Biomérieux affiche une croissance organique de +8,9% au dernier trimestre, tirée notamment par la biologie moléculaire et Biofire, division qui ré-accélère après une baisse au troisième trimestre.

De Longhi publie une croissance organique en progression de 9,1% au T4, 4% au-dessus du consensus. Ce sont les machines à café haut de gamme et full automatic (gros succès chez les Millennials) qui ont le plus fort dynamisme.

SEB termine l’année avec une croissance organique de +8,4% au T4 (+9,2% sur l’année), ce qui est plus que le consensus attendu. En revanche l’effet change négatif avec la remontée de l’euro est plus important et s’élève à -3,8% sur le trimestre.

LVMH affiche une progression organique de 11%, avec notamment de très fortes performances dans la beauté, la distribution sélective et la maroquinerie. Malgré un effet change négatif de 6% en fin d’année, le résultat opérationnel annuel progresse de 18%. De très bons résultats d’entreprises, mais le change est venu clairement brouiller les pistes pour les entreprises européennes…

Intel publie des résultats nettement au-dessus du consensus ! Le chiffre d’affaires a progressé de 4,2% par rapport à la même période un an auparavant, à 17,05 Mds$, alors que le consensus des analystes attendait une légère baisse, à 16,34 Mds$. Le CEO d’Intel s’est voulu rassurant sur l’impact financier des failles de sécurité de ses processeurs.

Twitter : le COO Anthony Noto serait en cours de négociation pour devenir le CEO de SoFi. Des rumeurs d’acquisition de Twitter par Saleforce ré-apparaissent par ailleurs, propulsant le titre vendredi.

Adobe rehausse ses objectifs sur l’exercice 2018 suite à la réforme fiscale : le groupe vise désormais un bénéfice par action d’environ 6,20$ non-GAAP vs 5,50$ précédemment.

Alibaba : la chaîne de supermarchés Kroger discuterait d’un éventuel partenariat avec le géant du e-commerce chinois pour concurrencer l’offre d’Amazon sur le sol américain.

Home Depot a annoncé le versement d’une prime pouvant atteindre 1000$ aux salariés de ses magasins américains, à la faveur de la réforme fiscale adoptée en décembre aux Etats-Unis. Home Depot a toutefois dit s’attendre à comptabiliser au quatrième trimestre de son exercice fiscal décalé s’achevant fin janvier une charge de l’ordre de 150 M$ liée à cette réforme fiscale.

Au chapitre des déceptions, Johnson&Johnson et Starbucks.

Johnson & Johnson a annoncé mardi une perte nette exceptionnelle de 13,6 Mds$ due à la réforme fiscale américaine, mais son bénéfice a dépassé les prévisions grâce à la forte demande pour ses nouveaux traitements anticancéreux et à l’acquisition d’Actelion en Suisse.

Starbucks annonce une croissance organique décevante de 2% et un EPS à 2,42$ contre 2,48$ attendus.

Conclusion

La baisse du dollar aura pesé sur les entreprises exportatrices européennes ainsi que sur nos investissements libellés en dollar non couverts. Les tous prochains jours verront un déluge de publications qui devraient confirmer une première tendance nettement positive. Jeudi, les publications d’Alphabet, Amazon, Apple et Facebook seront regardées par tous. La dernière réunion de la FED de Janet Yellen ainsi que le discours sur l’état de l’Union de Donald Trump sont également attendus. Nous restons globalement très investis. Pour les fonds d’allocations, nos investissements récents en zone émergente bénéficiant de la hausse du prix des matières premières (Amérique Latine et Russie) donnent pleinement satisfaction.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Stéphane Toullieux est le Président d'Athymis Gestion. Stéphane a près  de 25 ans d’expérience dans la Finance dont 13 années au sein de Financière de l’Echiquier dont il a été Directeur Général. Il a contribué à faire de cette société une des principales sociétés de gestion de portefeuille indépendantes à Paris. Stéphane a participé aux programmes Value Investing et DSI de la Columbia Business School ainsi qu’au programme PEVC 2015 de la Harvard Business School. Passionné d’entrepreneuriat et de nouvelles technologies, Stéphane Toullieux est notamment Mentor du Startup Leadership Program et présent au conseil de plusieurs Startups. « Le Monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page » - Saint Augustin. Stéphane a voyagé dans 35 pays sur 5 continents. Il est diplômé de l’Edhec option Finance.  

Aucun commentaire à «Dollar… la chute jusqu’où?»

Laisser un commentaire

* Champs requis