Noël : « eh puis merde, lâchons-nous ! »

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 26 décembre 2012 à 11h39

Voilà l'explication de Michel-Edouard Leclerc quant aux chiffres réalisés par Leclerc à l'occasion des fêtes de Noël.

Un "esprit festif" l'a finalement emporté sur la crise chez les consommateurs, a déclaré mercredi le président des magasins Leclerc, sur les ondes d'Europe 1. Reconnaissant toutefois l'existence d'un "système de moindre consommation" depuis 3 ans, le patron breton a confirmé que le chiffre d'affaires réalisé est finalement celui qui avait été anticipé.

L'explication, selon lui, le rush des 3 derniers jours précédant Noël ainsi que l'équilibre trouvé par les Français pour consommer aussi bien, mais peut être en moins grande quantité. Pour Michel-Edouard Leclerc, les consommateurs ont réussi à doser les produits "chers" tels que les traditionnels champagne et foie gras, en les associant à des plats "plus banals".

Sur un autre sujet, le PDG de Leclerc n'a pas manqué de défendre l'acteur Gérard Depardieu, à propos de son exil en Belgique. "Il le dit à sa manière. Il gueule, mais oui… il a raison" a déclaré Michel-Edouard Leclerc. Arguant une fiscalité qui n'est pas solidariste, mais revancharde, l'homme d'affaires s'est justifié en citant Michel Rocard.

"Il y en a plein qui vont se barrer" a-t-il également déclaré. L'exil fiscal est un sujet qui pourrait toucher directement le commerçant de Landerneau puisque le mouvement des Centres Leclerc, a souvent été décrit comme une "fabrique à millionnaires." A quand le : "eh puis merde, barrons-nous" ?

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Aucun commentaire à «Noël : « eh puis merde, lâchons-nous ! »»

Laisser un commentaire

* Champs requis